Roland-Garros: des courts et des couleurs…

Chaque année, c’est l’une des attractions de Roland-Garros et l’un des sujets dont on parle le plus au «café du commerce». Les tenues portées par certains joueurs et joueuses n’ont pas fini de faire causer…

Arnaud Boever

Paris n’est pas Londres, Roland-Garros n’est pas Wimbledon et Porte d’Auteuil, on est loin du blanc de rigueur dans la chic banlieue londonienne.

Sans remonter plus loin, on se souvient tous du short-pyjama de Stan Wawrinka qui avait fait un buzz pas possible l’an dernier, au point de trouver une place au musée de Roland-Garros après la victoire finale du Suisse. Un habit qui avait partagé jusqu’à ses fans car d’un chic très relatif…

«Je n'ai jamais pensé être ridicule avec ce short, explique le lauréat 2015. De toute façon, je ne suis pas un mec sérieux. Les habits, je les reçois, je les mets. Je n'ai aucun problème à le prendre au second degré. C'est même moi le premier à avoir parlé d'un «3 en 1» (short, maillot de bain et pyjama). Après quand j'ai atteint les quarts de finale, puis la demie, et qu'on ne me parlait que de ça, ça m'a gonflé, je l'avoue. Mais ça reste un bel épisode. Et puis il est quand même au musée du stade! Ce short fait partie de ma victoire. C'est un de ces trucs qui feront vivre à jamais mes souvenirs de Roland-Garros».

Si le Suisse a entamé, lundi, la défense de son titre dans une tenue plus «soft» avec short noir et t-shirt jaune (fluo quand même, presque de la même couleur que la balle; l’adversaire doit apprécier…), d’autres joueurs l’ont relayé dans l’originalité.

Pavlyuchenkova en polichinelle

Sans être exhaustif, on peut ainsi dire que les Ana Ivanovic, Jo-Wilfried Tsonga, Alexander Zverev, Angelique Kerber, Simona Halep, Tomas Berdych, Kristina Mladenovic, Dominic Thiem, et d’autres joueurs/joueuses ne passe(ro)nt pas inaperçus sur les courts de la Porte d’Auteuil avec leur look carrément «zébré»!

Fruit de la collaboration entre Adidas et le créateur de mode japonais Yohji Yamamoto (designer du label Y-3) les tenues des ambassadeurs de la marque aux trois bandes portent certes, le traditionnel blanc et noir de Yamamoto, mais donnent aussi un goût d’exotisme africain au tournoi parisien. Dommage qu’il ne soit pas accompagné d’une touche de la chaleur de la savane…

L’équipementier étant aussi partenaire de l’événement, le staff d’accueil du Central et d’ailleurs est aussi «zébré». On aime ou on n’aime pas…

Enfin, que dire, par ailleurs, de la tenue bariolée et multicolore de Anastasia Pavlyuchenkova (encore signée Adidas!). Attention les yeux! La Russe, qui a été la première joueuse à se qualifier pour le 2e tour de Roland-Garros, dès dimanche, portait un top encore plus audacieux que le short que portaitWawrinka l'an dernier. Comme quoi, les goûts et les couleurs…