Belgrade n’a pas tout résolu en huit jours

Dans un derby déséquilibré (108-53), les Mazyciens ont facilement balayé des Belgradois en quête d’une nouvelle relance.

Jo MEUNIER
Belgrade n’a pas tout résolu en huit jours
Mazy - Belgrade B (BASKETBALL) ©EdA - Christophe Béka

Le pessimisme exprimé par Jérôme Joannes dans le courant de la semaine était beaucoup moins vindicatif à quelques minutes de la rencontre mais il n'en restait pas moins critique envers ses troupes. Le coach belgradois attendait visiblement une réaction. «Le résultat a peu d'importance mais mes joueurs doivent montrer de la volonté et de la combativité. Le match doit être le reflet de nos entraînements de la semaine. Ils ne constituaient pas réellement une punition mais l'aspect physique et le mental ont été remis à jour.»

Bingo. Effectivement, les joueurs ne manquaient pas de combativité. Bien évidente, celle-ci leur donnait la possibilité de tenir tête à l'ogre mazycien mais, au fil des minutes, le travail de sape de la phalange visitée a rapidement produit ses effets. Le score au premier quart-temps (24-14) et à la mi-temps (46-31) ne constituait pas un gouffre mais tenir le même rythme après la pause relevait du miracle. «Il n'y a pas grand-chose à dire, lâche Hugo Descamps, le coach mazycien. «Simplement content de ne pas avoir de blessé car, à certains moments, l'adversaire n'y allait pas avec le dos de la cuiller. La sortie de quatre joueurs pour cinq fautes en fin de rencontre était donc prévisible. En commettant assez bien d'erreurs, notre entrée n'était pas géniale. Nos pivots ne rencontraient pas d'opposition mais ils avaient difficile face à l'agressivité des plus petits formats. Ce qui explique la résistance initiale adverse mais lorsque nous avons acquis notre vitesse de croisière et en imprimant plus de rapidité, le match était déjà plié à la mi-temps.»

Belgrade Justin Lalieux, exemplaire dans un combat inégal ne démentait pas ce point de vue. «Nous avons lâché parce que l'adversaire est au-dessus du lot. Il possède l'intelligence et une bonne analyse du jeu alors que nous commettons des erreurs de jeunesse.» Jérôme Joannès l'approuve: «Les consignes n'étaient plus tellement respectées après la pause et nous sommes retombés dans nos travers mais ce serait trop beau que ceux-ci soient résolus en une semaine. J'ai quand même constaté une amélioration par rapport à notre match catastrophique de la semaine dernière. En première mi-temps, j'ai vu une âme dans le groupe et ensuite des joueurs qui montraient de l'envie.»

Le collectif mazycien n'est plus à démontrer et tout le monde a participé. «Le déroulement devenait tellement simple en deuxième mi-temps qu'il était inutile de donner des consignes. La défense récupérait les ballons et nous pouvions partir en contre-attaques. C'est pourquoi Kevin (Devos) qui consacre toute son énergie a réalisé un match de bonne facture en marquant quelques paniers. Sans phases de jeu bien définies on trouvait facilement le joueur libre et comme Lucas (Bearzotti) avait retrouvé toute son adresse on pouvait dérouler à l'aise.»

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...