Ciney a attendu la bonne heure

Beez a mené trente-cinq minutes mais n’a pas trouvé l’énergie pour terminer la rencontre à son avantage. Van den Eynde et Ciney ont géré la prolongation.

Philippe GILLES

Beez 70 - Ciney 77 (a.p.)
21-13, 18-17, 18-23, 8-12, 5-12.

BEEZ: Mathieu-Bonifaci 6, Debry 16 (1x3), Massaux, Prinsen, Wanet 17 (4x3), Jacobs 2, Van Hamme 13, Germiat 3, Otte 13.

CINEY: Henin 10 (1x3), Gilain 12 (2x3), Tonglet 7, André 4, Badoux, Legros 4, Garraux 10, Delvaux 8 (1x3), Wilmot 4, Van den Eynde 18 (2x3).

«Et dire qu'on est venues pour se détendre!», dit cette supportrice de Beez à sa voisine. C'est en fait une rencontre stressante qu'offrent des acteurs, par moments, guère inspirés offensivement.

Menés durant trente-cinq minutes, les visiteurs ont le mérite ou l'avantage de ne concéder plus de neuf unités d'écart. Les six premières minutes sont édifiantes à cet égard. Le Cinacien Otte est le seul à mener ses un contre un jusqu'à leur terme. Wanet y ajoute l'un de ses quatre missiles décochés en dix minutes: 7-2. Et c'est aussi au-delà des six mètres que les Cinaciens Henin et Gilain trouvent de larges espaces pour égaliser (8-8). En somme, la demi-heure qui suit épouse le même scénario, Ciney joue à l'élastique derrière des Beezois certes plus agressifs, mais une agressivité qui n'a pas impressionné les Condrusiens plus que ça. En outre, le duel les yeux dans les yeux entre Van Hamme et Van den Eynde, s'il est favorable au visité durant vingt-cinq minutes, tourne ensuite en faveur du visiteur: ses deux trois-points (56-52 et 59-57) apportent les prémices du retour des hommes de Maxence Gilet d'autant qu'avec Legros mais dans un certain collectif, les Bleus se mettent à capter tous les rebonds défensifs. Certes, Debry tente bien d'inverser la courbe malgré la sortie de Otte (5 fautes). Cependant, parmi ses mauvaises options offensives, Ciney trouve quand même la solution pour décrocher la prolongation (65-65).

Les visités, à l’évidence, n’ont plus l’énergie nécessaire et la lucidité voulue pour accrocher le succès. Que du contraire, Legros, Van den Eynde et Garraux ont assuré la revanche condrusienne.

«C’est très frustrant de n’avoir pu faire plus. Sur la fin, Ciney a été plus agressif que nous, plus rapide, avec plus d’envie. Nous avons mal géré les dernières minutes. Je pense que c’est une question de mentalité surtout: nous avons vite baissé les bras pour subir la prolongation. C’était pourtant chez nous. Nous avons mené tout le match, presque, mais nous avons laissé passer notre chance. Un derby est particulier et il faut une grosse mentalité pour y arriver. Ce n’était pas notre cas.»

«Nous avons travaillé notre défense face à la meilleure attaque de la série. Même à -9, nous n’avons jamais laissé partir le match; nous sommes toujours revenus soit en dessous ou par des fast-break. Nous avons une équipe plus large que l’année passée mais avec moins de qualités. Alors la victoire est allée à l’équipe qui la voulait le plus. Maintenant, nous avons des matches qui peuvent nous rapprocher du top 4. Rapprocher car, soyons honnêtes, on en est loin..»

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...