Du 50-50, vraiment ?

Aux prémices de la saison, Beez et Ciney étaient pressentis pour jouer les play-off. Mais seuls les «Rouges» respectent leur objectif.

Pol-Émile Meur
Du 50-50, vraiment ?
ciney - beez (basket) ©ÉdA – Adrien Gilon

Beez - Ciney (d. 14 h)

Les Rouges veulent confirmer leur position, la pole position. Mais gare à Ciney qui veut laver l'affront du match aller. Ce dimanche, Beez accueille Ciney pour un derby qui revêt une grande importance pour les deux équipes.

«Un derby, c'est toujours du 50-50.» Didier Prinsen, le coach mosan, ne préfère pas mettre trop de pression sur ses joueurs. «Ciney aura à cœur de nous battre mais le risque, pour nous, est de jouer face à une équipe totalement relâchée. Au match aller, nous l'avions dominée dans une de nos meilleures prestations. Je suis donc convaincu que notre adversaire sera très motivé. En plus, sur le papier, c'est une des meilleures équipes de la série. Elle recèle beaucoup de joueurs qui peuvent faire basculer la rencontre. »

Au repos le week-end dernier, le coach n'a pourtant pu compter que sur six joueurs à l'entraînement: «Van Hamme est à l'étranger pour le boulot et on espère son retour pour dimanche. Jacobs rentre ce vendredi et Despontin sera absent. Shourbaji est lui toujours blessé

«La clé? Il faut un trousseau!»

Aussi, Ciney se déplacera à Beez avec le sentiment d'avoir raté le coche la semaine dernière (défaite face à Fresh Air). «Au match aller, nous avons été humiliés. Je ne sais pas si on peut parler de revanche», explique Maxence Gilet, le coach de Ciney. À l'instar de son opposant, le coach ne tarit pas d'éloges sur son adversaire: «Une clé pour battre Beez? Il faudrait un trousseau! C'est une des équipes les plus fortes de la série. Elle possède des joueurs très percutants. Nous, nous ne sommes pas dans une bonne période. La défaite du week-end dernier me reste en travers de la gorge. L'attitude de certains de mes joueurs n'est pas bonne. Nous ne sommes pas au point défensivement, nous manquons de discipline. Mes joueurs n'ont pas les jambes et le préparateur physique qui était prévu en début de saison nous aurait fait du bien.» Le coach ne baisse pas pour autant les bras: «J'espère pour ce week-end un regain d'énergie. De toute façon, nous nous déplaçons sans aucune pression. Beez a plus à perdre que nous

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...