La 2e étape réduite d’une centaine de kilomètres: débuts chaotiques pour le Dakar 2016

Voiture percutant des spectateurs et faisant plusieurs blessés graves dès le prologue samedi, puis étape annulée le lendemain en raison des conditions météo: la 38e édition du Dakar, qui s’est élancée il y a à peine plus de 24 heures, connaît des débuts chaotiques.

Elodie SOINARD
La 2e étape réduite d’une centaine de kilomètres: débuts chaotiques pour le Dakar 2016

«Ce sont des événements qu’on connaît, auxquels on est préparé, a souligné le directeur de la course, Étienne Lavigne. Evidemment, c’est un début tourmenté.»

Et ce n’est pas fini puisque les organisateurs ont décidé dimanche soir de raccourcir d’une centaine de kilomètres la spéciale de la deuxième étape, entre Villa Carlos Paz et Termas de Rio Hondo, de nouveau en raison de conditions météo difficiles.

L’étape de lundi proposait initialement 450 kilomètres chronométrés aux motards, et 510 aux voitures. Les motos auront finalement 354 kilomètres chronométrés à parcourir, et les autos 387 kilomètres.

Samedi, à peine plus de six heures après le départ depuis la périphérie de Buenos Aires, en direction de Rosario, pour un prologue de 346 kilomètres, dont 11 kilométrés, la voiture N.360, pilotée par l’équipage chinois composé de Guo Meiling et de Min Liao, est sortie de route et est allée percuter un groupe de spectateurs. Au total, dix personnes ont été blessées, dont trois grièvement, d’après le dernier bilan médical communiqué par les organisateurs.

Parmi les personnes sérieusement blessées, un garçon âgé de dix ans et son père (34 ans), respectivement touchés au niveau du thorax et à la tête, ont été opérés dans la nuit et se trouvaient dimanche «dans un état stable avec évolution favorable», selon la même source.

L’état de santé d’un troisième spectateur percuté, «qui semblait s’être stabilisé hier soir (samedi), s’est brutalement aggravé dans la nuit» et «son état demeure préoccupant», ajoutent-ils.

Danger maximum

Un quatrième a lui été transféré dans un hôpital de Buenos Aires pour y être opéré d’une fracture du fémur, tandis que «les autres patients ne présentent aucune aggravation, notamment une femme enceinte qui reste sous simple surveillance», précisent-ils encore.

L’accident, dont les circonstances restent à déterminer, s’est produit dans une grande ligne droite, au km 6,6 de la spéciale du prologue, le long duquel prenaient place de nombreux spectateurs.

«Sur les cartes qu’on prépare, le risque public est évalué. Hier (samedi), le danger était à 3», l’échelon maximum, a expliqué Étienne Lavigne.

«L’accident qui implique plusieurs victimes, c’est le risque majeur. Dans les sports mécaniques, surtout en rallye, ce sont des risques qui sont pris en compte. Ca interroge toujours» quand un accident survient, a-t-il poursuivi.

«Le Dakar ne s’arrête pas quand il pleut»

Dimanche matin, ce sont les conditions météo qui ont joué un mauvais tour aux organisateurs, les contraignant à annuler la spéciale (227 km pour les motos, 258 km pour les autos) de la première étape, plus de 600 km reliant Rosario à Villa Carlos Paz. Des orages violents et de très fortes pluies sur l’ensemble de la zone de la spéciale ont rendu impossible le déploiement du dispositif de sécurité.

«Le Dakar ne s’arrête pas quand il pleut, mais quand il ne peut pas assurer le dispositif de sécurité habituel» autour du rallye, a expliqué à l’AFP Étienne Lavigne.

«Les conditions météo sont très mauvaises. L’avion relais (qui assure les communications radio) ne peut plus voler. Les hélicoptères ne peuvent pas décoller. La situation météo est en phase d’aggravation», a-t-il énuméré.

«Quand trois indicateurs sont au rouge, la décision est facile à prendre», a ajouté Lavigne.

Dans un premier temps, le départ de la spéciale, initialement prévu à 08h00 locales (11h00 GMT), avait été repoussé, «dans l’attente d’une possible amélioration des conditions météo qui ne s’est pas produite». «La décision d’annuler a été prise à 09h30», conclut le communiqué des organisateurs.

La précédente annulation d’étape remontait à l’édition 2012, quand la neige avait empêché les concurrents du Dakar de franchir la Cordillère des Andes entre l’Argentine et le Chili.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.