Acculé, Coe cesse ses activités pour Nike

Sebastian Coe, a annoncé hier à Monaco la fin de sa collaboration avec Nike dont il était l’un des ambassadeurs. Les liens entre le président de la fédération international et l’équipier américain ont soulevé nombre d’interrogations depuis son élection en août à la tête de l’IAAF, avec des soupçons de conflit d’intérêts notamment au sujet de l’attribution des Mondiaux 2021 à Eugene (USA), ville où est née la marque.

Acculé, Coe cesse ses activités pour Nike
ATHLETICS-IAAF-CORRUPTION ©AFP

«La perception des choses et la réalité ont été horriblement altérées, a déclaré Coe. J’ai, donc, quitté mon rôle d’ambassadeur pour Nike que j’avais depuis 38 ans car la situation n’était bonne pour personne.»

La BBC avait dévoilé cette semaine un courriel de Nike datant de janvier et suggérant un lobbying de Coe auprès de son prédécesseur à l'IAAF, Lamine Diack, pour confier l'organisation des Mondiaux 2021 à la ville américaine. «Je n'ai pas fait de lobbying auprès de qui que ce soit», s'était défendu l'Anglais.

Coe, qui ne touche pas de rémunération comme président de l’IAAF, a toujours joué la transparence à propos de ses rapports avec Nike, qui le rétribue à hauteur de 142.000€ par an.

Par ailleurs, la fédération russe (ARAF), accusée de dopage organisé, ne fait pas appel de sa suspension, renonçant à être auditionnée comme le règlement de l’AAF) l’y autorisait. En renonçant à cette audition, l’ARAF accepte de facto que son éventuelle réintroduction dans le giron athlétique dépende de l’avis de la commission d’inspection mandatée par l’IAAF et qui se mettra au travail dans les prochaines semaines.