Doische misera sur la cohésion

Les Fagnardes, menées par Stéphane Hauchard, visent le maintien cette saison. Elles se sont inclinées face à Namur ce week-end.

Brigitte LACREMANS
Doische misera sur la cohésion
Volley-ball P1 dames : Doische - Namur B (10-10-2015) ©ÉdA – Frédéric de Laminne

À la tête de la P1 et de la P3, Stéphane Hauchard doit composer avec une équipe première un peu remodelée par rapport à la saison dernière. «Certaines joueuses sont parties, comme Mathilde Hicheur à Beauraing et Amélie Plun à Dinant, tandis que Justine Delforge a arrêté. Nous avons par contre pu compter sur le retour de Mélissa Lopez, de Nalinnes. Sophie Gevenois reprend, pour sa part, la compétition, après quelques années d'arrêt.»

Quels sont vos objectifs?

Le maintien est le principal objectif. Mais nous visons aussi l’incorporation de trois jeunes filles issues de P3.

Quelles sont les formations que vous redoutez le plus?

Lesse et Lhomme, Profondeville B, Romedenne B et Jemeppe B. Par contre, sur le podium, je vois bien des formations comme Ohey, Anhée, Namur, Ciney et Profondeville A.

Et en coupe, que visez-vous?

Au vu du programme, il est possible d’atteindre les demi-finales. Accéder aux quarts finales est un minimum.

Quels sont vos atouts et faiblesses?

L’équipe possède une bonne cohésion, lorsque nous sommes dans une spirale ascendante, mais tout peut s’écrouler comme un château de cartes. Certaines joueuses travaillent le samedi. Il n’est dès lors pas facile de disposer de tout le monde à chaque match. C’est donc difficile à gérer.

Avez-vous des difficultés pour attirer les jeunes au volley-ball?

Avec quatre équipes de jeunes (minimes garçons, deux minimes filles et une équipe pupilles), Doische est bien représenté à ce niveau. Mais on peut tout de même constater un manque d’intérêt et de respect de certains parents. Comme quand, à la fin de la préparation du calendrier, quatre cadettes décident d’arrêter. Nous avons été contraints de déclarer forfait en dernière minute et de modifier les équipes minimes. Ce n’est guère motivant pour tous les bénévoles du club. À côté de cela, trois jeunes de moins de 18 ans de P3 participent à chaque match de P1. La P3 est bien alimentée en joueuses. De plus, dix filles sont en minimes, dont sept de deuxième année, et ne tarderont pas à incorporer la P3. Des séances de psychomotricité, ainsi que d’initiation au volley-ball, sont données le mercredi après-midi. Mais, malgré la publicité, le nombre de très jeunes est assez limité.

Comment s’est déroulé votre match, ce week-end?

Ce fut une nette victoire de Namur, dans la manière et les chiffres (0-3). On ne retiendra que le deuxième set, où nous avons su faire un peu jeu égal. Les premier et troisième sets ont été dominés par les Namuroises, sans contestation.

Le noyau: Deroeux C., Deroeux B., Lopez M., Gevenois G., Gevenois S., Lespagnard V., Dereppe V., Grégoire C. Hicheur P., Croibien V., Sellier C., Simon A.