Mondiaux de Pékin: Jenneke n’a pas que des atouts sportifs

Ce jeudi matin, Anne Zagré a devancé, en séries du 100m haies, une jeune Australienne de 22 ans. Sa particularité: elle est une star de la toile!

David Lehaire

11h 30, Pékin, ce jeudi matin. Le soleil brille au-dessus du Nid d’oiseau. Placée au couloir 3, Anne Zagré est concentrée sur ce qu’elle va devoir exécuter lors de cette série du 100m haies. Notre compatriote ne regarde pas autour d’elle. Elle ne prend pas le temps de jeter un oeil sur sa droite, au couloir 8. Là, une jeune femme n’arrête pas de faire des bonds. Un large sourire lui illumine son visage et elle se laisse aller à quelques déhanchements.Elle, c’est Michelle Jenneke. Une Australienne de 22 ans tout heureuse de prendre part aux premiers championnats du monde de sa carrière. A priori, rien d’extraordinaire, donc. Sauf que la jeune femme est déjà une star mondiale. Depuis 2012, en fait. A l’époque, elle campe l’un des grands espoirs mondiaux de sa discipline. Ce qu’elle confirme par une 5e place aux Mondiaux juniors de Barcelone. Mais cette info est anecdotique. Ce sont les pas de danse qu’elle effectue avant sa course qui la rendent, d’un coup, célèbre. Cette vidéo sera vue plus de 26 millions de fois!

Souvent arrêtée par des blessures, Michelle Jenneke disparaît des rankings mondiaux pendant presque deux ans. Mais pas de la toile. Que du contraire, même. En 2014, elle accepte avec joie de se mettre en scène, toujours en dansant, pour le site internet «The Chive». Nouveau buzz: plus de 10 millions de clics! «A ce moment-là, elle est sortie des pages sportives, nous explique David Tarbotton, un membre de la délégation australienne à Pékin. Elle est devenue très populaire.» Cette année, sa notoriété a encore franchi un palier supplémentaire. C'est qu'elle est devenue l'égérie d'une marque de vêtements. Et on la voit dans un clip pour le moins sensuel où elle met ses atouts en avant.

«Michelle est une jeune femme très simple»

Aujourd'hui, elle a presque 40.000 followers sur son compte twitter. Certains n'hésitent plus à en faire la Kournikova de l'athlétisme. Celle qui fait plus parler d'elle pour sa plastique et ses formes que pour ses résultats. «Je ne sais pas si c'est flatteur ou pas, mais, moi, je poursuis mon chemin. Je suis très heureuse de participer à ces Mondiaux, lança-t-elle après sa qualification pour les demi-finales. Vous savez, je suis très contente d'être ici. J'adore vraiment ce sport et, voir tout ce monde, est fabuleux. Pouvoir représenter mon pays et faire plaisir aux Australiens est un honneur.»Quelque chose nous dit que, quel que soit son résultat ici, sa cote de popularité va encore grimper après son passage dans le Nid d'oiseau. «C'est une fille très simple, vous savez! Elle donne une belle image de notre pays à l'étranger, poursuit David Tarbotton. Et, vous verrez, qu'elle fera, un jour, partie des meilleures de sa discipline.»