Une « Ardennaise » les pieds dans la gadoue après le déluge

Cette manche du challenge Delhalle a failli tomber à l’eau, avant de répondre franchement à l’attente par le biais d’un temps enfin plus clément.

Maurice MINE

Samedi, au moment de rallier le quartier général du Jogging Club Croix Scaille, à Louette Saint-Pierre, la soupe n'était pas à la grimace, mais il n'y manquait pas grand-chose. Le président, Bernard Baijot, ne broyait pas du noir, mais se montrait prudent sans être pessimiste pour autant: «La nuit, la pluie a copieusement arrosé la région. Ce matin, le chapiteau installé devant le porche de l'église s'était fait la malle. Heureusement nous ne manquons pas d'huile de bras».

Tout un village sur la brèche

Et il en faut! C’est toute une organisation. Rien qu’au niveau des ravitaillements et des postes d’épongeage, de nombreux bénévoles sont indispensables. Par chance, ils répondent! Autres postes de première nécessité à ne pas négliger: les parkings, les vestiaires, les douches chaudes, la garderie d’enfants, les animations musicales sur le parcours, la petite restauration, les glaces, la soirée dansante, le petit déjeuner gratuit du dimanche matin, le repas d’après-course et la remise des prix. Pas évident de recevoir autant de personnes sur un site loin d’approcher les mensurations des Champs-Élysées.

Quant à son compère Jean-Noël Moreau, micro en main, il se chargeait d'assurer accueil et ambiance. Comme s'il avait fait ça toute sa vie. Dans son répertoire, un truculent: «A votre gauche, Madame. Du côté où le pouce de votre main tourne vers la droite! » Avant d'assurer les commentaires à même la ligne d'arrivée. Là où une autre brave dame se posait la question de savoir: «Mais comment vont-ils faire pour sortir un classement correct? Pas un ne prend note des numéros des dossards?» Et de lui expliquer: «C'est le progrès, hein Madame. Il n'y a plus que les journalistes qui se baladent avec leur petit carnet en main. Ici, il y a plus de douze cents concurrents. Et ils portent tous un dossard serti d'une puce. À l'arrivée, les détecteurs qui sont placés là font le tri des arrivées et des résultats via un ordinateur.»

D’ici et d’ailleurs

Des concurrents issus des quatre coins du pays et des pays limitrophes. Le «Running Club Namur» avec ses Kristel, So, Vincent, Phil et autres. Les «JoyeusesGuibolles» de La Roche. «Les lendemains de la veille, de Bruxelles, «L'Enjambée», de Woluwe. Le «Running Center» de Zutphen (Pays-Bas). Et nombreux autres.

Avec, au menu de la journée: une «mini-Ardennaise» de 8,5 km, un Trail de 35 km et l'incontournable «Ardennaise» de 20,95 bornes. Le trail empruntant un parcours commun avec la manche du challenge Delhalle durant 11,5 km. Cette partie commune se terminant par l'ascension d'une côte de 3,5 km qui amène tout ce beau monde au pied de la Tour du Millénaire. Du 12e au 15e km, une partie plus technique. Du 12e au 20e , on traverse la partie la plus sauvage du parcours avant d'atteindre la Croix Scaille. À la suite du déluge il faut, aux 7e et 17e bornes, se farcir des portions humides. «Et oui, nous confiait une joyeuse joggeuse, là on ne peut s'en sortir qu'en plongeant franchement les panards dans la gadoue».