«On doit le respect à Lance Armstrong: c’est un champion»

Chroniqueur sur les routes du Tour pour RTL, Christian Laborde conserve un grand respect pour Lance Armstrong. Et ce, malgré le fait que le coureur américain a révélé s’être dopé lors de chacune de ses victoires sur la Grande Boucle.

A.MA.
«On doit le respect à Lance Armstrong: c’est un champion»
TDF2004-ARMSTRONG-FILES ©AFP

+ A LIRE AUSSI | Bartali à Huy et Quintana en mode Audiard: le Tour de Christian Laborde

Lance Armstrong qui compte revenir sur les routes du Tour de France pour supporter une opération caritative? Christian Laborde, écrivain et chroniqueur bien connu, n’y voit aucun mal. Que du contraire...

«On doit le respect à Lance Armstrong: c’est un champion, estime le poète français. Selon moi, on ne peut pas réduire un champion à sa part d’ombre: personne n’est tout blanc ou tout noir. Et cette réflexion vaut aussi pour Armstrong.» Et Christian Laborde d’expliquer son point de vue: «Pour moi, Armstrong c’est l’espoir. Ce moment où il attaque Jan Üllrich dans l’ascension de l’Alpe d’Huez, en 2001, et jette un regard derrière lui reste gravé dans ma mémoire. Pourquoi? Parce qu’il ne regarde pas s’il a distancé l’Allemand, mais il vérifie que la mort n’est pas dans sa roue. À ce moment précis, Armstrong s’assure qu’il a lâché définitivement le cancer qui a tenté de le tuer. Et ça, personne ne peut l’oublier. On ne peut pas piétiner l’espoir que ce coureur a fait naître chez les gens touchés par la maladie. Rien que pour ça, il reste un grand champion à mes yeux.»

Des souvenirs, Lance Armstrong en a laissé de très bons à Christian Laborde. «Sur le Tour, il y a ce sentiment unique de se dire que les routes qu’on emprunte tous les jours sont aussi celles sur lesquels vont s’écrire les plus belles pages du Tour. Souvenez-vous de l’US Postal, ces Américains qui filaient dans le vent comme des facteurs pressés de livrer leur courrier. Comment ne pas être sensible à cette poésie?»

«Le dopage dans le cyclisme? Une injustice»

Assez tranchée, l'opinion de Christian Laborde sur Lance Armstrong se nourrit d'une réflexion plus large sur la place du dopage au sein du peloton. «Associer constamment le dopage au cyclisme est une injustice pour moi. Et ce, pour deux raisons. Premièrement, laisser croire que les produits dopants peuvent créer des champions est faux. Si c'était le cas, la Belgique n'attendrait plus un successeur digne de ce nom à Eddy Merckx sur le Tour. Et puis, deuxièmement, j'en ai assez de voir toujours associer le dopage avec le cyclisme. Pourquoi doit-on toujours évoquer le dopage lorsqu'on parle de cyclisme? Ce genre de pratique n'existe-t-il pas dans d'autres sports? Le tennis et le foot se jouent-ils toujours à l'eau claire? Je ne pense pas… Seulement voilà, l'argent ne trouble pas la fête dans ces sports: il est forcément plus facile d'arracher Virenque de la petite chambre qu'il occupe dans l'Ibis du coin que d'aller ennuyer une star de Roland-Garros qui se repose dans son palace.»

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...