RAEC Mons : la piste ukrainienne s’est éteinte

Mauvaise nouvelle pour l’Albert, la piste ukrainienne est un cul de sac.

RAEC Mons : la piste ukrainienne s’est éteinte

Il n'y a plus de repreneur potentiel pour le RAEC Mons, a annoncé, mardi après-midi au cours d'une conférence de presse, Pierre François, le directeur général du club de football de division 2.

La dernière piste, ukrainienne, s'est éteinte mardi. Les candidats repreneurs désiraient un mois complémentaire avant de prendre leur décision. Si cela pouvait s'imaginer au niveau judiciaire, ce n'était pas possible pas au niveau sportif, le club devant absolument boucler son dossier de demande de licence pour le 31 mars.

"Nous avons beaucoup travaillé avec les Ukrainiens et j'attendais d'eux une signature sur un document clair ce mardi", a indiqué Pierre François, "mais ils ont souhaité obtenir un report de la deadline au 25 avril. Ce report n'est pas possible car la commission des licences ne nous aurait jamais accordé notre licence".

Terminer la saison la tête haute

Staff, joueurs et personnel seront informés de leurs droits mercredi. "Je verrais les joueurs ce mercredi. Ils ne m'étonnerait pas que la plupart décident de s'entraîner et de continuer à jouer. Je vois bien le club terminer la saison la tête haute, car il ne reste plus beaucoup de matches". Ce scénario ne serait cependant envisageable que si le Tribunal de Commerce accepte que la société anonyme qui gère le RAEC Mons survive jusqu'au terme de la saison.

A plus long terme, les chances de survie du club montois sont donc plus réduites que jamais. Le curateur, Tony Bellavia, devra faire rapport au Tribunal de Commerce de Mons le 31 mars.

3 scénariipossibles

Selon Pierre François il reste trois scénarios sur la table. Celui de la reprise totale semble néanmoins peu probable après la disparition de la piste ukrainienne. Il est cependant encore possible de sauver le matricule 44. Pour cela il faudrait que la dette du club envers l'Union belge de football, qui s'élève à 800.000 euros, soit remboursée dans les jours qui viennent. Cela permettrait au RAEC Mons de continuer à vivre mais à l'échelon inférieur (division 3). Dans le cas contraire, le club serait radié et le matricule disparaîtrait.

Ce dernier scénario scellerait également la fin l'école des jeunes qui compte 270 joueurs.

"Je pense que, sans un projet de division 2, le club montois aurait un avenir compliqué", a cependant précisé Pierre François qui reconnaît ne pas être "du tout optimiste quant à un dernier sursaut". Et de conclure: "Je suis profondément triste pour un club qui n'est pas le mien. Pour une ville qui n'est pas la mienne".

Bientôt plus d’infos

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.