Bérénice relance le softball au féminin

Bruxelloise d’origine, l’animatrice Bérénice (RTL) n’a pas fait qu’emménager dans le Namurois. Aidée d’une amie, elle y a relancé une équipe féminine de softball à Wépion. Interview.

Bérénice relance le softball au féminin
Baseball 1BB : Brasschaat Braves - Namur Angels ©ÉdA – 202116695642
V.B.

Qu’est-ce qui vous a motivé à créer cette équipe?

La passion pour le softball (une variante du baseball). Lorsque j'habitais Bruxelles, je jouais à Lasnes. Et en venant habiter dans la région namuroise, je me suis rappelée aux bons souvenirs du club des Angels. Au détour d'une conversation avec une amie, et alors que nos enfants optaient pour le hockey, on s'est lancé l'idée de fonder une nouvelle équipe féminine.

Et vous démarrez alors les démarches…

Ça a été relativement vite! J’ai contacté le club pour savoir s’il était d’accord de nous accueillir. Une fois l’étonnement passé (il n’y avait plus d’équipe féminine depuis des années), la réponse positive n’a pas tardé.

Comment avez-vous constitué le groupe?

Le bouche-à-oreille, notamment devant la sortie de l’école (rires), a permis de rapidement recruter une quinzaine de joueuses, dont certaines n’avaient jamais pratiqué la discipline, plus physique qu’on ne le croit. Pour l’instant, puisque la saison extérieure n’a pas encore repris, on s’entraîne chaque semaine en salle, à Malonne. On a aussi disputé notre premier match non-officiel il y a quinze jours, à Seraing. Bon, les filles étaient un peu stressées et on n’a pas compté le nombre de points encaissés (rires) mais on en a marqué quatre ou cinq quand même!

L’équipe s’inscrira-t-elle sur la durée?

Je l’espère! On est assez pour cette première saison donc pourquoi ne pas penser à créer une deuxième équipe si la demande augmente? On pourrait imaginer une équipe plus «cool», hors championnat, et une seconde qui participerait en compétition officielle…

Vous semblez en tout cas avoir retrouvé le plaisir de jouer.

Oui, et si cela ne tenait qu’à moi, on s’entraînerait encore plus. Ce qui est encourageant aussi, c’est de voir que même celles qui n’avaient jamais joué adorent.