Joseph Biersard : « Eupen a une équipe capable de monter en D1 »

AS EupenSamediDessel Sport20h

David Liz
Joseph Biersard : « Eupen a une équipe capable de monter en D1 »
BIERSARD Joseph.jpg ©David Hagemann

Arbitre: M. Verboomen

AS EUPEN: Van Crombrugge, Kenne, I. Diallo, Rodri, D'Ostilio, Dufour, Asamoah, Lallemand, Curto, Luis Garcia, Taulemesse; Biersard, Babalola, George, Bassey, Mauclet, Ochoa, Radebe

Absents: Diedhiou, Ndiaye, Exposito (pas repris), Timmermans (blessé).

Voilà près d’un mois et demi que Joseph Biersard a paraphé son contrat d’un an chez les Eupenois. Le gardien de but, qui reste sur une superbe saison (sportive) avec Verviers se dit heureux d’avoir retrouvé les Pandas.

Voilà un mois que vous avez retrouvé le Kehrweg. Comment ça se passe pour vous?

Très bien. J’ai été bien accueilli et me suis rapidement intégré au groupe. Je travaille en prenant du plaisir. Tout roule.

Pourtant, cet AS Eupen-là a bien changé depuis votre dernier passage, de 2009 à 2012…

C’est clair. Les infrastructures ont été modernisées, il y a de nouveaux dirigeants et, globalement, tout est beaucoup plus professionnel qu’avant.

Vous découvrez aussi de nouvelles méthodes et un nouveau football.

Oui et cela se passe très bien avec l’entraîneur des gardiens Javier Ruiz. On communique dans un mélange de français et d’espagnol mais on se comprend bien. On favorise le jeu au pied et ça me plaît. De plus, l’entente avec les autres gardiens est très bonne.

Justement, comment se passe la concurrence avec Van Crombrugge et Mor Mbaye, récemment qualifié?

Très bien. Tout se passe bien avec les autres gardiens. Chacun travaille dur aux entraînements.

C’est quoi, aujourd’hui, la journée type de Joseph Biersard?

Je me réveille à 9 heures, j’arrive au stade vers 10h15. On déjeune ensemble puis on entame le réveil musculaire, du streching etc. L’entraînement se déroule de 11h30 à 13h30. On dîne ensuite ensemble. Je rentre alors à la maison pour me reposer. Un rythme de pro, auquel je me suis vite habitué. D’ailleurs, je n’ai même plus besoin de réveil (rires)!

On vous sent très serein, mentalement.

Disons que je suis content d’avoir rebondi à Eupen. C’est à côté de chez moi. Or, depuis que j’évolue en équipe première, la proximité avec mon domicile est un paramètre important. Ici, j’ai la chance d’évoluer dans LE club de la région. Qui plus est en D2. Ce changement m’a fait du bien, surtout après une saison à Verviers où c’était très compliqué en coulisses. On vivait au jour le jour. Désormais, je suis dans un club stable et sain. Ça me fait du bien.

Et physiquement aussi, ce changement vous a été profitable…

Je suis arrivé en fin de mercato avec un bon mois de retard sur la préparation et avec des kilos à perdre. Au début, les entraînements n’étaient pas faciles à suivre. Aujourd’hui, j’ai retrouvé mon rythme. En un peu plus d’un mois, j’ai déjà perdu neuf kilos.

Vous qui vivez les matches de l’intérieur: comment expliquer la surprenante défaite au RC Malines, le week-end dernier?

C’est difficile à dire. Mais je pense vraiment qu’il ne s’agit que d’un petit accident de parcours. On a une très bonne équipe, capable de se ressaisir et de viser la D1.

Le match contre Dessel (3 points), c’est l’occasion de se relancer, non?

Oui, d’autant qu’on joue à la maison, où l’on reste invaincu. On doit poursuivre cette belle série.