De Coninck et Emond avec les habitués

Après leur double succès de 2014, Collard et Dewulf ont remis ça à Vencimont, rejoints par Emond et De Coninck, champion en titre.

Alexandre PEETERS
De Coninck et Emond avec les habitués
Course de côte de Vencimont ©Dominique Zakrzewski

La qualité a remplacé la quantité dans le sympathique petit village de la commune de Gedinne. Pour l’ouverture de leur championnat, 42 concurrents nationaux faisaient le déplacement parmi lesquels Jelle De Coninck. Devant dès les essais, le dernier champion en catégorie 2 ne rencontrait pas de concurrence, d’autant plus que Jacques Marchal rencontrait des soucis moteur sur son proto similaire. Après son erreur de 2013, le Néerlandophone s’imposait donc au Français Anthony Loeuilleux qui aura dû surveiller son compatriote Jérôme Debarre tout au long de la journée pour le podium final.

Au pied de celui-ci, Didier Perveux repassait Philippe Dewulf (vainqueur dans la catégorie 1 réservée aux voitures fermées) qui parvenait à s’immiscer dans le top 5 tout confondu, quelques centièmes devant Frank Daniels, Éric Krtensky ou encore Bruno Collard, une nouvelle fois vainqueur de son groupe en national. Dans celui-ci, il retrouve désormais Erwin Adami qui aura réalisé de bons débuts avec son PRM Fun Boost. Entre eux, Grégory Straga parvenait à s’immiscer avec sa nouvelle monture, soit l’ancienne Reynard de De Coninck.

Derrière Dewulf en catégorie 1, on retrouvait la superbe et nouvelle Porsche 911 du Luxembourgeois Georges Goedert qui devançait Stéphane Emond pour une bonne seconde. À quelques centièmes, les premières tractions entretenaient un beau suspense, finalement à l’avantage d’Éric Lejeune face à Éric Schwilden. Enfin, la catégorie 3 réservée aux véhicules historiques voyait la victoire d’Étienne Dozot devant Thierry Desmarez.

Victoire difficile pour Marchal

Après les soucis rencontrés avec son prototype Norma en national, Jacques Marchal croyait être maudit à quelques kilomètres de chez lui. «J'ai cassé une chaîne de transmission dès le matin puis abîmé une seconde avant de me rendre compte qu'une patte de fixation du moteur était cassée. On a pu réparer mais la deuxième chaîne s'est brisée au départ de la première montée. Heureusement, tout a bien fonctionné pour la deuxième et dernière montée, me permettant ainsi de sauver la journée». Derrière, il retrouvait un Frédéric Souris, leader après la première montée, mais pas trop satisfait de sa monture. Il contenait néanmoins Bruno Collard qui aura tout essayé pour aller rechercher la Formule 3.

Parmi les 33 concurrents, on en retrouvait 28 dans les Divisions 1-2-3 réservées aux véhicules produits en série. Stéphane Emond y remportait la victoire sur un parcours rapide convenant à merveille à sa monture. Dans le gang des 205, c’est finalement Eddy Lejeune qui précédait Jérémy Delchambre, déjà bien content d’avoir pu repasser Éric Bettel, victime de petits soucis de boîte, dans la dernière montée. Du côté des plus petites mécaniques, Jérémy Doumont et Benoit Honnay remportaient leur classe au même titre qu’Arnaud Vincke dans une 2-5 disputée.