« On veut une grande fête de la passion »

Les mots de Freddy Tacheny sont également ceux de toute une équipe qui se réjouit déjà d’accueillir passionnés et public fin avril.

Alexandre PEETERS
« On veut une grande fête de la passion »
Présentation Speed Trophy ©www.speedtrophy.be

Réunir dans un même endroit de prestigieuses voitures, motos et side-cars de compétition était un beau défi pour le Royal Union Motor de l'Entre Sambre et Meuse (RUMESM). «Le Speed Trophy est né de la volonté du RUMESM de se démarquer. Nous voulons offrir à tous les passionnés de sports moteurs quelque chose de nouveau en nous inspirant de ce que font depuis des années les Britanniques avec le Goodwood Festival of Speed» explique Michel Fievet, Président d'un club qui existe depuis 1927 et qui tient désormais à se distinguer à travers quatre pôles: le Superbiker (3-4-5 octobre), la Fête du Vélo (28 juin), la vitesse pure qui reste le fil le conducteur des organisations du circuit et le retour à l'origine via le Speed Trophy (26-27 avril). Bien sûr, la future manche mondiale de Rallycross n'est pas oubliée (voir encadré).

À son tour, Freddy Tacheny, Président Sportif, est tout aussi fier d'avoir pu réunir le meilleur de la moto, de l'auto et de la passion. «Réunir la moto et la voiture, c'est déjà rare en soi. Ce sont deux familles qui se respectent et deux mondes de passion. Pour cette nouvelle édition, nous allons mettre encore plus l'accent sur la convivialité et la proximité pour le public en offrant notamment une formule de baptêmes tant en auto qu'en moto. Les visiteurs auront en outre accès à l'ensemble du paddock et pourront circuler librement au milieu de ces véhicules d'exception. D'autant plus qu'on attend un plateau exceptionnel!»

Parmi les 300 véhicules qui ont façonné l’histoire de leur sport, on annonce plusieurs F1 historiques, dont la McLaren M26 (connue pour sa mise à l’écran dans Rush), la Brabham BT26 et autres Lotus F1.

Du côté des prototypes, Porsche 962, Lola T296 et plusieurs Ford GT 40 sans oublier une GP Lenkin de 1938 ou une Amilcar-Riley de 1928 qui figureront parmi les plus anciennes. Quoi qu’il en soit, tous les clubs restent encore les bienvenus et peuvent encore se faire connaître.

Une moto électrique en première mondiale

Du côté des deux roues, plusieurs joyaux d’origine belge seront présents dont une Gillet ACT 500 de 1928, une Saroléa 24C de 1929 ou encore une FN M67 de 1930. Plus proches de nous, NSU Sportmax 250 des années 50, Norton Manx et Matchless G50 des années 60 et autres Yamaha TZ250, 350 et 750. Sans oublier plusieurs motos de GP et d’endurance.

Au sein du MotorAddict Village, plus de 600 m2 de stands et d’expositions passionnantes seront dédiées au monde de la moto où l’aspect formation du motard sera également une priorité.

Autre primeur du Speed Trophy, Saroléa présentera en première mondiale sa nouvelle Suberbike SP7 électrique avec laquelle il vise la victoire à la prestigieuse TT Isle de Man «Zero», sous l’impulsion de Torsten Robbens.

Comme en 2013, un des grands moments sera le départ en parade de tous les véhicules de l’événement sur le «Diabolo», l’ancien circuit fermé un moment à la circulation avant de rejoindre le centre-ville de Mettet le samedi en fin d’après-midi.

www.speedtrophy.be