Catch: Jean le boucher, maître sur ses terres

Jean le boucher a conquis deux titres, dont celui de champion d’Europe, ce samedi, sur ses terres. Devant un public surchauffé.

Jean-Michel Bodelet
Catch: Jean le boucher, maître sur ses terres
catch soirée samedi ©ÉdA

Il ne pouvait sans doute rêver mieux, Jean le boucher, que cet épilogue de soirée, ce samedi. Après un combat acharné, un combat à trois, le catcheur de Vielsalm s’est emparé de la ceinture des lourds de la WBS mais aussi, cerise sur le gâteau, de celle de champion d’Europe. Une ceinture qu’il récupère devant son public.

C'est que ce dernier, qui s'était déplacé en nombre à Petit-Thier, n'avait d'yeux que pour la vedette locale. D'yeux et de voix. L'entrée de Jean le boucher s'est fait sous de véritables acclamations, les termes «le boucher, le boucher» résonnant aux quatre coins de la salle.

Quelques instants plus tôt, deux hôtesses avaient distribué des calots de boucher au sein du public. Une dimension supplémentaire qui ne faisait qu’accentuer l’ambiance bien présente.

Recette gagnante

C’est que ce même public avait eu la chance d’assister à six autres combats avant le «main event» et la victoire du boucher. Dont un à quatre, avec une femme au sein d’une des deux équipes, une femme qui n’avait rien à envier à ses homologues masculins. Avec toujours la recette gagnante de ce genre de gala: du hard rock accompagnant l’entrée tonitruante des catcheurs, des défis, de la provoc, un bon, un mauvais, un arbitre qui compte parfois trop lentement et bien entendu le public qui choisit, par acclamation, son poulain. Le tout maîtrisé avec brio par la Belgian Wrestling Federation. Il est vrai qu’à sa tête, elle a un véritable maître en la personne de Salvatore Bellomo. Lui, le seul belge à s’être, à ce jour, imposé dans le monde du catch aux États-Unis.

Une école dans la province ?

Il était présent ce samedi en terre salmienne. Lors de son intervention, en lever de rideau, il a présenté ses jeunes élèves en démonstration avant de mettre en avant le dur et nécessaire entraînement de ces catcheurs. Pointant ses écoles aux quatre coins du pays, il a lancé: «Nous cherchons également à nous installer en province de Luxembourg. Jean le boucher cherche pour nous une salle où nous pourrions venir nous entraîner.»

Jean le boucher, lui, a, tout au long de la soirée, affiché son côté naturellement sympathique: répondant aux sollicitations, signant des autographes pour des jeunes…

Catcher sur ses terres était pour lui une joie. À l'issue de son combat victorieux, il a tenu à remercier le public, son public. Pour les nombreux enfants présents dans la salle, la consigne, elle, a été rappelée: «Ne faites jamais cela à la maison ou à l'école. On ne joue pas au catch.»