Les Belges ont mauvais hymne

Le France-Belgique de 2002 au Stade de France. Celui où Wilmots fait 1-2 en fin de match. Avant la rencontre, alors que nous étions à bord d’un véhicule fatalement immatriculé en Belgique, une vieille Renault bordeaux s’est arrêtée à notre hauteur.

Jean Derycke
Les Belges ont mauvais hymne
Jean Derycke ©EdA - Jacques Duchateau

Le conducteur, reproduction vivante d’un dessin de Cabu, avec la moustache généreuse et le bob tricolore enfoncé jusqu’aux oreilles nous a interpellés :

« Hé, les Belges ! 3-0 ? »

L’équipe de France venait d’enlever la Coupe du monde et l’Euro. Et juste avant de s’envoler pour l’Asie, elle avait donc accueilli les Diables rouges. Pour, croyait-elle, s’offrir un dernier petit succès européen dans un décorum marketé à outrance avec «Les Bleus 2002» sur le thème de «Star Wars» (Rien que ça!).

Quel pied-de-nez que cette victoire, donc, acquise dans le temple du football français, garni de tous ces méchants chauvins à moustache et à bob bleu-blanc-rouge! À l’époque, la France était suprême et arrogante, les Belges étaient frondeurs et courageux.

Que s’est-il passé depuis pour que ce public belge, enthousiaste et festif, ait pris l’habitude de siffler l’hymne adverse comme il l’a encore fait avec la Marseillaise, mercedi? Parce qu’on a les meilleurs joueurs de la planète, les plus beaux supporters de l’univers et qu’on va gagner la Coupe du monde, on peut se permettre de mépriser les autres comme d’autres nous méprisaient auparavant? Tout cela sent tristement le complexe d’infériorité… refoulé.

Didier Deschamps s'est dit «étonné et déçu», Marc Wilmots a demandé «du respect pour l'adversaire».

En septembre, en Écosse, les fans belges prendront une grande leçon de fair-play. Espérons d’ailleurs que ce soit la seule leçon que notre football, qui a, pour le moment tendance à s’y croire un peu trop (y compris dans le jeu), ramènera de Glasgow.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...