Froome (encore) au cœur des rumeurs de dopage

Auteur d’un numéro dans le Mont Ventoux, Froome reste calme face aux rumeurs grandissantes. Et peut compter sur le soutien de LeMond.

Alan Marchal
Froome (encore) au cœur des rumeurs de dopage
TOPSHOTS-CYCLING-FRA-TDF2013 ©AFP

Avant le départ à Givors, tous les suiveurs s’accordaient à dire que l’étape de ce dimanche allait permettre d’y voir plus clair sur la tête de la course. De là à penser qu’elle scellerait sans doute déjà la lutte pour la victoire finale, il y a un pas que beaucoup n’osaient pas franchir véritablement. Et pourtant, en quelques coups de pédale, la fusée Froome a mis tout le monde d’accord : le successeur de Bradley Wiggins à Paris, ce serait lui.

«Je n'avais pas prévu de m'imposer au sommet du Mont Ventoux, assure le leader des Sky. Ce n'était pas ma première intention. Ce que je voulais au départ? Prendre du temps sur mes principaux concurrents, c'est tout. La victoire sur l'étape, je ne l'ai entrevue qu'à deux kilomètres de l'arrivée, lorsque j'ai senti que Quintana avait un coup de mou.» De coup de mou par contre, «Froomie» n'en a pas connu. Loin de là.

LeMond défend Froome

Les premiers favoris lâchés à la pédale après le gros travail de Richie Porte, le protégé de Dave Brailsford a parachevé le boulot en lâchant successivement Aberto Contador et le petit Colombien de la Movistar. Les gambettes tournant à plein régime dans des portions avoisinant les 10%, le Britannique, en manque d'oxygène au sommet, a épaté la galerie. «Ce genre de démarrage (NDLR: Froome a attaqué par deux fois sans jamais se mettre en danseuse), je le fais au feeling. Je souffre au moment où je le fais. Mais je me dis que si je souffre, les autres vont souffrir encore plus, physiquement et psychologiquement. C'est le résultat de stages intensifs en haute montagne, assure-t-il. Avec toute mon équipe, que je remercie au passage pour m'avoir placé dans de si bonnes conditions, nous nous isolons en altitude afin de préparer au mieux ce genre d'épreuve. Il n'y a pas d'autres moyens de progresser: il faut connaître parfaitement son corps et savoir comment il réagit aux efforts violents.» Et le maillot jaune d'ajouter devant la presse qu'il n'est pas une exception et que beaucoup d'autres équipes font de même quelques semaines avant le Tour.

Deuxième coureur après Eddy Merckx à s'imposer en jaune au sommet du Mont Ventoux, Christopher Froome – «très heureux de faire aussi bien que des légendes du cyclisme, même si je n'ai pas l'impression d'en devenir une» – laissera malgré tout un souvenir étrange de son passage sur le Géant de Provence. De là à affirmer qu'il est dopé, personne ne peut le prouver. Ou du moins, pas encore… C'est en tout cas ce qu'a répété Greg LeMond, un des symboles de la lutte anti-dopage invité à s'exprimer sur le sujet avant de redescendre dans la vallée du Rhône: «Froome a démontré qu'il est très fort. Même s'il a une position bizarre de grimpeur. Maintenant, ne tirons pas de conclusions hâtives: il y a la technologie… Personne n'est égal physiquement. Le cyclisme c'est ça aussi: des talents très forts et des talents plutôt moyens. Pour l'instant, j'ai envie d'y croire.»