Alberto Contador: «Tolérance zéro pour les dopés»

De mouton noir à chevalier blanc ? Alberto Contador, lui-même suspendu pour dopage, s’en est vigoureusement pris aux «tricheurs».

Alberto Contador: «Tolérance zéro pour les dopés»

Alberto Contador a déclaré dimanche soir à l’émission Stade2 sur France 2 que les dopés n’ont pas leur place dans le peloton cycliste. «Il devrait y avoir une tolérance zéro dans le cyclisme. Il n’y a pas de place pour les tricheurs», a-t-il confié alors qu’il est actuellement en camp d’entraînement avec son équipe Saxo-Tinkoff dans les Canaries.

Cette déclaration est d’autant plus étonnante que Contador a été suspendu pour dopage lors du Tour 2010 et qu’il s’est vu retirer sa 3e victoire dans la Grand Boucle et son succès dans le Giro en 2011. Suspendu, il n’a pu reprendre la compétition que le 6 août dernier.

Mais l’ancien protégé de Johan Bruyneel continue de nier toute forme de dopage: «J’ai toujours suivi les règles. Ce n’est pas correct que l’on m’ait enlevé mes succès.»

Le Tour lui passera-t-il de nouveau sous le nez?

Un autre effet de la suspension pour dopage de Contador est que son équipe pourrait perdre sa licence World Tour. Selon les règles de l’UCI, les points des coureurs qui reviennent de suspension pour dopage ne comptent pas pendant deux ans. Le lauréat du dernier Tour d’Espagne est le plus gros pourvoyeur de points de son équipe.

Si son équipe ne reçoit pas la licence WorldTour en raison du manque de points, Alberto Contador pourrait ne pas être au départ du Tour 2013. «Evidemment j’aimerais faire le Tour. Je l’ai déjà manqué cet été», a ajouté le double vainqueur du Tour en 2007 et 2009, celui de 2010 lui ayant été retiré au profit d’Andy Schleck.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.