Vers un duel Saint-Trond – Westerlo ?

Les deux descendants de D1, Saint-Trond et Westerlo, sont les grands favoris du championnat de D2, qui débute ce soir.

Manu salvé

L’antichambre de l’élite, ce mouroir, reprend ses droits ce mercredi. Deux favoris se dégagent clairement sur le papier: Saint-Trond et Westerlo, soit les deux descendants de D1.

« On va tout faire pour remonter directement», clame Guido Brepoels, de retour et qui est assisté par Danny Boffin.

Les Canaris ont acquis Dequévy, qui était encore cité à Anderlecht il n’y a pas si longtemps. Et si Reza devait finalement rallier Lokeren, c’est ni plus ni moins qu’un certain Sonck qui fait figure de favori pour le remplacer. Mokulu (Lokeren) constitue une autre option. Tout est dit…

À Westerlo, l’équipe ayant quitté la D1 sous la conduite de Ceulemans a disparu en très grande partie et Dauwen pourra notamment compter sur Wilmet, Geudens et Paulussen, tous trois en provenance de Malines.

Plusieurs formations caressent l’ambition de damer le pion aux deux grosses cylindrées. On citera Ostende, qui s’est encore renforcé, et l’Antwerp, désormais dirigé par van Wijk, «monsieur montée en D1».

Eupen, qui bat depuis peu pavillon qatari, aimerait aussi retrouver la D1 mais la sauce n’a pas encore pris cet été et les nouveaux joueurs africains ne sont toujours pas qualifiés.

Lille, pressé de voirMouscron-Péruwelz en D1

Et puis, bien sûr, comment oublier Mouscron, qui vient de D3 mais n’entend pas s’éterniser un cran plus haut? Au Canonnier, c’est maintenant Lille qui fait la loi avec 51% des parts et les Nordistes sont pressés de pouvoir mettre en vitrine des éléments en D1…

Autre Wallon sous tutelle étrangère (précisément indonésienne pour les capitaux et italienne pour la gestion sportive), Visé rêve aussi d’un avenir parmi l’élite mais n’a sans doute pas un noyau pouvant se signaler positivement sur la durée.

Alost, Roulers et Lommel ne seront pas des clients non plus sans, a priori, pour autant pouvoir prétendre non plus à tenir la distance.

Derrière ceux-là, la bouteille à l’encre prévaudra vraisemblablement avec des équipes «de village» comme Dessel, Heist, Saint-Nicolas et Audenarde vendant chèrement leur peau via des arguments presque exclusivement physiques et chez lesquels les réceptions sont généralement très chaudes.

Dans ce contexte difficile, Boussu, Tubize, le White Star et le Brussels – qui a vu son interdiction de transfert être levée hier – devraient encore être en mesure de faire valoir leurs chances pour le maintien, même si leurs moyens sont aussi limités.