Jeu trop physique pour une préretraitée ?

La hargne n’ont pas suffi à une Kim Clijsters qui ne peut plus compter sur un physique qui faisaitsa grande force.

Didier Mertens
Jeu trop physique pour une préretraitée ?
Britain Wimbledon Tennis ©Associated Press / Reporters

Même encore un peu groggy des coups de massue d’Angelique Kerber, Kim Clijsters a gardé toute la sérénité d’une carrière bien remplie, au moment de tirer sa dernière révérence à Wimbledon. La Limbourgeoise ne soulèvera donc jamais le plateau londonien. En neuf tentatives, sa meilleure performance aura été d’y atteindre les demi-finales (en 2003 contre Venus Williams et en 2006 contre Justine Henin).

À moins d'un happy ending de conte de fée, ses performances de cette grosse quinzaine depuis Rosmalen n'engendrent pas d'espoir raisonnable pour un cinquième titre en Grand Chelem à l'US Open, à la fin août. D'autant que son classement -aux alentours de la 35e place WTA à partir de lundi prochain – lui promet un tirage américain à nouveau parsemé de têtes de série. Son compteur de tournois majeurs devrait donc rester bloqué à trois USOpen et un Open d'Australie. Trois de ces titres ayant été décrochés après un retour à la compétition en 2009 qui aura donc été un succès.

En reprenant la compétition aux Pays-Bas, fin juin, Kim pensait «pouvoir encore battre les meilleures». Après la punition (6-1, 6-1) de lundi, on ne lui souhaite pas de retrouver une Angelique Kerber -depuis lors demi-finaliste après un match serré contre Lisicki (lire ci-contre) – sur le chemin d'une retraite bien méritée.

Battue à son propre jeu de puissance, elle a été laissée sur place par cette Allemande encore plus athlétique mais de quatre ans et demi sa cadette. Là où, lors de ses débuts, Clijsters avait surpris par ses grands écarts de l’extrême, l’Allemande abuse des grandes fentes avant (sorte de pas de géant exagéré avec réception en flexion maximale de la jambe) et des coups joués genou (x) en terre.

«L'avenir du tennis féminin», admettait Kim en parlant d'une Kerber qui n'est pas sans rappeler Serena Williams dans la virilité de son style mais en plus mobile et plus technique. Le corps de Clijsters (29 ans depuis le 8juin) implore pitié après 15 années de mauvais traitements similaires. Combien de temps tiendra celui de Kerber que ce Wimbledon va définitivement nicher dans le top 10? Mais ça, ce sera pour le prochain chapitre du tennis de ces Dames.

Celui de la passion clijstersienne pour Wimbledon s'est refermé ce lundi, sur le Court N.3, même si elle retrouvera l'ambiance so cosy du tournoi londonien lors des JO… «Avec une jupe rouge, ce sera spécial», s'amusait-elle avant son élimination.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...