R2B: Gembloux gagne face à Natoye mais perd Seki-Kandi (photos)

Natoye 57 – Gembloux 69

P.G.

11-16, 17-20, 14-19, 15-14.

NATOYE: Targez 10, Pirlot 4, T. Legros, Georges 5 (1x3), Cleymans 2, Beuken 6 (2x3), Van Doninck 11 (2x3), M. Legros 2, Davin 8, Degée 9 (1x3).

GEMBLOUX: Reconnu 16 (1x3), Carretta 6 (2x3), D. Marchal 8 (2x3), Seki-Kandi 14 (2x3), Y. Marchal 2, Deblire 5 (1x3), Saillez 5 (1x3), Beyne 8, Mestrez, Piret 5, Boosten.

Dans l’intensité, les deux formations se lancent d’entrée à des tentatives extérieures, qui sourient plutôt à Gembloux (5-12, 6e). Ensuite, Natoye trouve la faille dans la forteresse adverse. C’est 11-16 à la 10e.

Dans le deuxième quart, les Gembloutois continuent de presser l’homme avec engagement et, de par ce pressing, alimentent le marquoir en paniers de transition. Le Natoyen Beuken, dans sa zone de confort, limite l’écart. 28-36 au repos.

La reprise est à l’avantage de Gembloux, qui s’appuie notamment sur un pesant Reconnu dans la raquette (34-50, 25e). Par la suite, Natoye se montre efficace par périodes, mais les visiteurs, plus constants offensivement, expriment leur talent afin de conforter leur avance. 42-55 à la 30e.

À l’entame du dernier acte, les protégés de Laurent Costantiello engagent une omniprésence défensive, ce qui pousse les Couteliers à déjouer. Ces derniers ne trouvent plus le chemin de l’anneau pendant cinq minutes, alors que les visités partent en transition (50-55, 34e). Au cours de cette période de disette, Gembloux perd Seki-Kandi, victime d’une rupture totale du tendon d’Achille. Dans le money-time, Marc Mesureur opte pour des changements, qui se montrent bénéfiques, car les hommes frais, dont Dorian Marchal, ramènent de la sérénité et du point, pendant que Natoye, suite aux efforts effectués en défense, cale net à la finition. « Les Natoyens ont été intéressants en défense, pense le Gembloutois, Dorian Marchal. À la différence du match aller, ils ont répondu présent dans les duels. Ils se sont montrés combatifs, car à -15, ils n’ont rien lâché. Quand on perd John, on trouve malgré tout l’énergie pour se ressaisir. En fin de match, les rotations ont été précieuses. Le coach a ramené du sang neuf pour assurer le succès. » « La différence s’est faite au niveau de la régularité, estime le pivot natoyen, François Pirlot. Alors que Gembloux s’est montré plus constant en zone de finition, nous avons manqué énormément de tirs. Au début du quatrième quart, on effectue un excellent travail défensif mais ce manque de réussite ne nous permet de recoller au score. Les pertes de balle en première période nous ont faits du tort. »