Article abonné offert

Les daims du club de foot doivent partir, sinon ce sera l’abattoir (vidéo)

Au cœur du village de Fumal, une parcelle jouxtant le terrain de foot est occupée par 5 daims. Mais autant les braves bêtes que les footeux doivent quitter les lieux d’ici la fin de la saison. Voici pourquoi.

Jacques Duchateau

"Depuis que je suis à Fumal, les daims sont là". C'est avec beaucoup d'amertume que René Barthélemy, président du club de foot de Fumal (P4 liégeoise), doit se débarrasser de ses daims. Comme de son club. "Les joueurs trouveront un nouveau club mais les daims, si on ne sait pas les replacer, on n'aura qu'une solution". Sous-entendu, l'abattoir.