Léon Crosset est décédé: la fin d’une époque (photos)

Triste nouvelle tombée ce mardi 14 décembre 2021: Léon Crosset est décédé. L’homme aura marqué le sport moteur et le football régional.

La rédaction

Une page se tourne. Plus que ça: c’est la fin d’une époque. Léon Crosset s’en est allé ce mardi à l’âge de 88 ans.

Figure du sport moteur, mais aussi passionné de football, Léon Crosset souffrait de divers soucis de santé depuis plusieurs mois.

L’entrepreneur elsautois aura multiplié les organisations sportives tout au long de sa vie bien remplie.

Propriétaire de l’enduro de Bilstain, il était également derrière de nombreux rendez-vous de l’univers du trial et du supermoto.

Jean-Marc Hardy se souvient

"Un long chapitre de l'histoire de la moto se tourne avec la disparition de Léon Crosset" détaille avec émotion Jean-Marc Hardy, spécialiste "sport moteur" de l'Avenir (Le Jour) Verviers. "Cela faisait près d'un demi-siècle que je l'avais rencontré pour la première fois. C'était à l'époque du célèbre Challenge Groutars qui allait devenir plus tard la manche belge du championnat du monde de trial. Avec son frère Jean, il était un des moteurs du Royal Dison Moto Club actif également dans le monde du motocross du côté du Val Fassotte. Mais déjà à l'époque, les sports mécaniques n'étaient plus les bienvenus partout." Il n'en fallait pas plus pour que les frères Crosset se mettent dans l'idée de créer un lieu dédié aux deux roues tout terrain. Le Domaine Trial Enduro de Bilstain vit ainsi le jour devenant rapidement un paradis pour tous les passionnés de sports moteurs. Après la disparition de son frère, Léon Crosset, rejoint par ses enfants dont ses fils élevés en deux roues, n'eut de cesse d'améliorer son Domaine.

Véritable entrepreneur

En véritable entrepreneur qu’il était, les non stops de trial durent composer avec un terrain de moto-cross puis, plus récemment, avec un tracé de supermoto. La réputation du Domaine dépassant largement nos frontières, il fallut également créer des infrastructures permettant d’accueillir les motards au quotidien, tout en développant les compétitions dans les différentes disciplines tout terrain. Et plus seulement pour les seules deux roues puisque les 4x4 et même les voitures de rallye y trouvèrent un terrain de jeu.

"Les années ne semblant pas avoir de prise sur Léon Crosset, on ne pouvait passer au Domaine sans le croiser à pied ou en jeep en train de voir ce qu'il pourrait encore faire pour améliorer cet écrin de verdure où la moto semblait faire partie intégrante du paysage. Après nous avoir plusieurs fois confié que c'était sa dernière organisation, chaque année il revenait avec de nouvelles idées tant pour le trial que pour le supermoto auxquels il redonna ses lettres de noblesse sur la scène internationale. Avec le franc-parler qui était le sien, n'hésitant pas à dire ce qu'il pensait en responsables nationaux, il continuait à aller de l'avant pour tous ses pilotes qui au fil des générations étaient devenus des membres de sa grande famille de la moto " poursuit Jean-Marc Hardy.

En août dernier encore, alors que sa santé n’était plus aussi vaillante et que son fils Dany avait pris une place importante au sein de l’organisation, il n’avait rien voulu manquer de la victoire de Kevin Viellevoye dans ce qui restera son dernier Masters de Supermoto dans son Domaine.

"Adieu Léon, on n’oubliera jamais ta bonhomie et ce téléphone dont on se demandait à quoi il te servait car tu ne décrochais jamais…"

«Son» Étoile Elsautoise

Côté ballon rond, son cœur battait pour l'Étoile Elsautoise, où le stade portait d'ailleurs son nom… "Léon était quelqu'un de passionné et de passionnant, réagit Gaston Schreurs, administrateur du club étoilé. Il était têtu et pouvait entrer dans de grandes colères quand quelque chose ne lui plaisait pas, c'était son caractère." Et de rappeler qu'il a été essentiel au développement du club. "Disons qu'il a eu deux vies au sein du club. D'abord dans les années 70 et 80, il a été à la base du transfert du site qui était au Sacré Coeur pour venir sur ses terrains, ici dans les installations actuelles. Il était membre du comité puis a passé le relais à Gilbert Vanderheyden qui est devenu président", se souvient Gaston Schreurs.

Toujours très attaché au club, Léon Crosset est revenu dans le comité, au cours des années 2000, pour en devenir le président à son tour. "Là, il a vraiment donné l'impulsion pour la refonte du site, avec la nouvelle buvette et le terrain synthétique", explique Gaston Schreurs. "Puis, petit à petit ces dernières années, il a pris du recul mais restait tout de même proche du club et venait encore assister à certains matches."

Toute la rédaction de l’Avenir Verviers présente ses sincères condoléances à la famille et aux proches du regretté Léon Crosset.

Léon Crosset repose à son domicile, Bois Les Dames, 11 à Henri-Chapelle où la famille recevra les visites ces mercredi 15, jeudi 16 et vendredi 17 décembre de 16 à 19 heures. Les funérailles auront lieu à l’église de Bilstain samedi 18 décembre à 10h30.