Kuhne: «Peur? Dans ma tête, c’est comme s’il ne s’était rien passé»

Nous avons pris des nouvelles de la blessure d’Antonin Kuhne. Résultat: Deux dents cassées mais une motivation toujours présente.

Alaric Dantine
Kuhne: «Peur? Dans ma tête, c’est comme s’il ne s’était rien passé»
Antonin Kuhne a souffert avant d’être recousu au Centre Hospitalier Universitaire de Liège. ©doc

En ce dimanche, le dernier rempart geerois avait à cœur d’aider les siens à empocher une nouvelle victoire à domicile.

Tout semblait si bien parti. Le gardien s’était signalé par quelques bons arrêts et une présence rassurante pour sa défense. Puis, juste avant la mi-temps, vint cette phase de jeu toujours glaçante au moment d’écrire ces lignes.

Sur un ballon aérien, le portier sort pour boxer le ballon. L'attaquant adverse va au duel et heurte violemment le jeune joueur au niveau du visage. Plusieurs très longues secondes passent. Les deux adversaires sont au sol. Après l'intervention du banc geerois auprès de son jeune joueur, c'est un Antonin Kuhne bouche ensanglantée qui se relève. « D'abord, dans l'adrénaline, je voulais continuer, mais il valait mieux sortir et être remplacé. » Durant la mi-temps, son papa vient le chercher pour l'emmener au CHU de Liège. «Là-bas, j'ai été recousu, mais honnêtement, sur place, je pensais plutôt à mes coéquipiers toujours sur le terrain.» Une fois rassuré par les messages des Geerois victorieux, le jeune gardien avoue même ne plus avoir ressenti la douleur.

Un dentier avant des implants dans deux ans

Après une contre-visite chez son dentiste particulier, le verdict est sans appel pour Antonin Kuhne. «Je n'ai plus mes deux dents de devant, je vais devoir porter un dentier avant d'obtenir des implants d'ici deux ans.» En revanche, le gardien numéro 1 de Geer devrait pouvoir retrouver les terrains rapidement. «Mon dentiste m'a dit que, dès jeudi, je pouvais m'entraîner. Le coach a d'ailleurs été un peu décontenancé quand je lui ai annoncé ce matin car, hier, on parlait plutôt d'une absence de trois semaines.» Bien que les séquelles de cette aventure sportive marqueront certainement le début de vie adulte du gardien, il n'en veut pas à ses adversaires. « J'ai reçu plusieurs messages de soutien des joueurs de Pontisse, ça me fait extrêmement plaisir. Pour ce qui est du gars qui me met le coup de coude, je ne cherche pas à savoir si c'est volontaire ou pas. L'histoire est derrière moi et les duels font partie du foot», raconte Antonin Kuhne.

Alors, si le portier est entre les perches ce samedi soir à Faimes et que Vanstechelman s'avance pour venir au duel de la tête, osera-t-il aller au ballon? «Bien sûr, je n'ai pas peur. Pour moi, c'est comme s'il ne s'était rien passé. Je veux absolument continuer à aider mes coéquipiers à gagner des matchs.»

Une belle mentalité qui, c’est sûr, permettra au gardien de retrouver rapidement le sourire.

Bon rétablissement Antonin!