Pas d’Euro mais des ambitions olympiques pour Fanny Lecluyse

Bien qu’elle ne soit pas encore totalement rétablie de sa blessure au genou, Fanny Lecluyse envisage ses 3es Jeux avec optimisme.

A. Ma.
Pas d’Euro mais des ambitions olympiques pour Fanny Lecluyse
Fanny Lecluyse veut atteindre sa première finale olympique. ©BELGA

De tous les athlètes déjà officiellement sélectionnés par la Team Belgium, Fanny Lecluyse (29 ans) est certainement celle qui a la plus grande expérience olympique. Après Londres et Rio, la sociétaire du Royal Dauphins Mouscronnois – qui est qualifiée sur 100m et 200m brasse – entrevoit ses 3es Jeux. Avec calme et sérénité malgré sa blessure au genou droit.

«Mercredi passé, j'ai passé une IRM qui a révélé que mon genou était guéri à 75%. Le reste est situé plus profondément dans le ligament collatéral interne et nécessite encore de la prudence, explique la nageuse. On suit donc les procédures du Dr. Bellemans (le responsable médical du COIB, NDLR) pour rester dans le calendrier prévu. »

+ À LIRE AUSSI | Une délégation belge vaccinée, « libérée » et optimiste à moins de trois mois des Jeux olympiques

Bien décidée à ne pas compromettre ce qui devrait être ses derniers Jeux olympiques, Fanny Lecluyse a donc confirmé qu’elle ne participerait pas aux championnats d’Europe de Budapest, comme sous-entendu un moment par sa fédération.

«Cela fait un mois que j'ai repris la brasse doucement, sans avoir mal. Mais il me faudra encore patienter deux semaines avant de pouvoir sprinter. Dans ces conditions, et même si je progresse bien, je n'irai pas à l'Euro, même avec le relais (4x100m 4 nages, NDLR). Je ne veux pas courir le risque d'aggraver ma blessure.»

La finale en tête

L'esprit focalisé sur les Jeux, la compagne de Victor Campenaerts veut aller de l'avant, peu importe les circonstances. «J'ai déjà vécu les JO en 2012 et 2016. Je sais comment ça se passe. Je ne veux donc pas me lamenter sur l'absence du public et de notre entourage, poursuit-elle. À Tokyo, je ne me concentrerai donc que sur l'essentiel: mes courses.» Histoire de faire mieux qu'à Londres et Rio où le stress l'avait paralysée.

«Je fais tout ce qui est en mon pouvoir – techniquement, physiquement et mentalement – pour ne nourrir aucun regret une fois que je serai sur le plot de départ, assure Fanny Lecluyse qui avait été éliminée dès les séries du 200m brasse, son épreuve favorite, en 2012 et 2016. Mon objectif? Atteindre une demi-finale, au moins. Et peut-être même me glisser dans une finale. Il faudra alors sans doute que je nage plus vite que mon record personnel.» Un record de Belgique situé à 2.23.76.