Yseult Gervy, des Jeux olympiques de Sydney à «la gentille policière d’Ittre»

Des bassins de natation au commissariat d’Ittre, Yseult Gervy n’a pas manqué sa reconversion. Elle s’y sent comme un poisson dans l’eau.

Michel Demeester

On est en 2000. Les Jeux olympiques de Sydney viennent de refermer leurs portes. Yseult Gervy rentre avec une place en finale en 200 m 4 nages dans ses bagages, mais également des ennuis de santé. «J'étais devenue anorexique, confie l'ancienne nageuse professionnelle. Certaines mauvaises langues ont considéré que cela faisait suite à la prise de produits dopants. Or, je n'ai jamais rien pris, et j'en suis fière. Mais j'étais dégoûtée. J'ai fait une overdose de natation. J'en avais mon compte de passer des heures à longueurs de journée dans l'eau.»