Malherbe: «Joël Robert, mon ami»

Le Hutois André Malherbe est sorti de sa réserve habituelle pour rendre hommage à son ami Joël Robert. Émouvant. .

Anthony Rizzi
Malherbe: «Joël Robert, mon ami»
André Malherbe n’oubliera jamais Joël Robert. ©Masson

Ile se fait rare dans les médias. Quand il parle, on l’écoute donc avec attention. Car André Malherbe, c’est une légende du sport automobile belge. Triple champion du monde en 500 cm3, entre autres, le Hutois de 64 ans, dont la carrière a été brisée par une chute au Paris-Dakar 1988, le rendant tétraplégique, était un ami intime de Joël Robert. Lequel vient de nous quitter.

L'émotion est ainsi palpable à l'autre bout du téléphone quand André évoque son amitié avec le Carolo qu'on a, par ailleurs, bien connu au cyclo-cross de Ciplet. «Je suis très triste, dit-il d'une voix fluette. Joël, c'était mon ami. Mais aussi mon modèle. Je suis tombé sous le charme à 6 ou 7 ans et je ne l'ai plus jamais quitté. J'allais partout où il se produisait. Et je le regardais faire. Il était terrible et d'une facilité déconcertante. Vous savez, quand on est aussi fort, c'est un don, un don naturel. C'est lui qui m'a donné envie, à mon tour, de rouler et de me lancer. ll restera à mes yeux le plus grand pilote belge derrière, il faut être honnête, Stefan Everts. Je me souviens encore de ses courses dingues avec Roger DeCoster au trophée Pascal à Marche. Ce furent les plus belles courses que j'ai vues de ma vie. Quel duel!»

Les deux hommes se sont rapprochés à mesure du temps et ont fini par devenir amis. «Oui, on a partagé des moments incroyables, se souvient André Malherbe. Je le savais malade depuis quelques semaines. Je l'avais encore vu il y a plus ou moins 6 mois pour la dernière fois. On s'était dit qu'on se reverrait bientôt. Il était déjà venu régulièrement chez moi à Huy, entre autres. C'était un homme souriant, accessible et jovial. Partout où il passait, il mettait la bonne humeur. On s'amusait toujours. Il va laisser un grand vide dans notre motocross et dans notre vie. »

«Notre» car Joël Robert était aussi l'ami de Jean-Claude Laquaye, 66 ans, son ex-adversaire, Hutois lui aussi. «On a perdu un grand champion mais aussi un grand homme» résumait celui qui s'occupe depuis 33 ans d'André Malherbe, à demeure. Les mousquetaires hutois sont en deuil.