Les séries connues, ça grince en P3B. En cause: les futurs déplacements…

Alors que le CP a fait connaitre la composition provisoire des séries, on râle ferme en P3. En cause: les kilomètres à avaler.

Florian CASPERS
Les séries connues, ça grince en P3B. En cause: les futurs déplacements…
Il est furieux, Fabrice Pavone.

Si en P2 et P4, ces séries provisoires n’ont pas suscité de vive réaction au sein de nos équipes, il n’en va pas de même en P3. En effet, pour la première fois depuis la saison 2015-2016, le comité provincial a décidé de diviser les formations de notre arrondissement et de les placer dans deux séries différentes. Certes, il était déjà arrivé qu’on retrouve des représentants de Huy-Waremme en série B, mais cela s’expliquait par le fait qu’il y ait plus de 16 équipes de l’arrondissement à cet échelon.

Conséquence de tout cela: les Condrusiens que sont Fraiture Sp., Templiers-Nandrin B et Ferrières ont été envoyés en série B alors qu'il restait encore de la place en série A, qui accueille ainsi Flémalle B, Hognoul, Othée et Grâce-Hollogne, quatre formations de l'arrondissement de Liège. Une décision qui a fait bondir Fabrice Pavone. « C'est tout simplement anormal, lance le coach fraiturois. Nous avons toujours été en série A ces dernières années, pourquoi est-ce que cela changerait? Se retrouver en série B, c'est un manque à gagner pour notre club. On a l'impression d'être le dindon de la farce, on ne comprend pas. Plus de la moitié des déplacements vont durer une demi-heure ou plus… Mais une chose est sûre, on va se défendre, on ne peut pas laisser passer ça! Ce serait dommage d'être en série B aussi pour nos sponsors hutois. »

Du côté de Templiers-Nandrin B, on ne compte pas se laisser faire non plus. «Je vais en parler avec mon CQ et on va demander pour revenir en série A, martèle Laurent Pahaut, le coach. On vient de passer une année avec les équipes hesbignonnes et l'ambiance était vraiment très bonne. Pourquoi changer? Franchement, en l'état actuel, on a plein de longs déplacements. Bientôt, on va nous demander d'aller jouer à Bruxelles.»

Dans son mail d’explication, le comité provincial dit avoir constitué ces séries en fonction des demandes de chacun, mais aussi selon certains critères géographiques. Mais les chiffres (NDLR: voir tableau ci-contre) viennent mettre à mal cette dernière justification. En effet, nous avons établi, via une application, la distance à parcourir pour Fraiture, Templiers-Nandrin B et Ferrières afin de se rendre dans les installations des 12 autres équipes de P3A et des 13 autres formations de P3B, soit celles qui ne sont pas concernées par cette petite polémique. Nous avons également ajouté la durée de parcours et comparé ces chiffres avec ceux de Flémalle, Othée, Flémalle B et Grâce-Hollogne, les quatre représentants liégeois versés en série A.

Et la conclusion est claire: aussi bien Fraiture que Templiers-Nandrin B ont moins de kilomètres à parcourir et des temps de trajet plus courts en évoluant en série A, tout le contraire des cinq autres concernés par le tableau. Alors, si l’on s’en tient à des critères purement géographiques comme l’avance le comité provincial, les formations de Fabrice Pavone et Laurent Pahaut auraient dû être versées dans la même série que cette défunte saison… Quant à Ferrières, les chiffres parlent aussi d’eux-mêmes. Malgré leur appartenance à notre arrondissement, les Bleus auraient tout intérêt à rester en série B au vu des kilomètres à parcourir et des temps de trajets à avaler. Reste à voir maintenant si les recours de Fraiture et Templiers, appuyés par ces chiffres, vont leur permettre de retrouver leurs amis hesbignons et de la vallée mosane.