Rallye de Wallonie : Fernémont s'empare de la deuxième place

Au terme d'une matinée marquée par la pluie, le régional Fernémont s'est emparé des trois spéciales et passe devant Cherain au classement. Verschueren garde toujours la tête !

La Rédaction de L'Avenir
Rallye de Wallonie : Fernémont s'empare de la deuxième place

Fernémont vole sous la pluie

Le Vedrinois connait parfaitement cette spéciale de Vedrin. Originaire du village, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente, il veut briller «à la maison». Alors qu'il ouvrait les spéciales durant la journée du samedi, c'est cette fois Verschueren, en tête du classement provisoire, qui avait la responsabilité d'ouvrir la route. Cherain est logiquement parti à la seconde place, et n'était pas totalement content de sa première spéciale de la journée.«On a perdu un peu de temps sur Vincent (Verschueren), mais il y avait quelques flaques à évacuer à différents endroits du tracé. La journée est encore longue, on n'a pas dit notre dernier mot», souriait le deuxième de ce classement.

Fernémont roule sur l'eau
Et un deuxième scratch pour Fernémont. On peut le dire, c'est avantage aux régionaux. Le Vedrinois prend très bien ses marques avec sa Skoda Fabia R5 et s'adjuge la deuxième spéciale de la journée, avec encore 00:02.8 d'avance sur Cherain. «Deuxième scratch de la journée en deux étapes, c'est vraiment un bon début mais nous essayons de rester calmes». De son côté, Cédric Cherain est plutôt hésitant sur la pluie. «Je suis hésitant, il y avait vraiment beaucoup d'eau dans la vallée. J'ai l'impression que nous sommes un peu trop dur au niveau des suspensions. Le tout est d'éviter à tout prix les erreurs…». Verschueren perd 00:04.1 dans cette spéciale. «C'est très difficile, car par rapport à hier, c'est un nouveau rallye. Hier, ça accrochait très bien, et aujourd'hui nous n'avons aucun grip». Collard se classe quatrième de cette spéciale, à quelques centièmes de secondes de Verschueren. «Je pense que nous avons fait un bon temps, nous avons bien roulé. C'est la première fois que je roule sous la pluie avec la voiture, avec des pneus Michelin. J'ai été assez prudent sur la première spéciale qui était assez piégeuse, mais pour le moment, l'objectif est atteint».De son côté, Canal Robles est arrêté dans cette spéciale de Wartet à la suite d'un problème moteur et n'a pas franchi le TRC.

Jamais deux sans trois
La troisième spéciale de la journée, celle de Crupet,a été plus clémente. La pluie s'est arrêtée et le sol a l'air de sécher un peu. La question va se poser pour la seconde boucle: Changer ou non les pneumatiques? Quoi qu'il en soit, c'est encore une fois Adrian Fernémont avec sa Skoda Fabia R5 qui a décroché le scratch sur cette spéciale de Crupet. «C'est pas mal. Le rythme est assez élevé mais on essaye de ne pas prendre trop de risques dans les endroits piégeux», raconte Adrian. Il reprend encore 00:01.8 sur Cédric Cherain, qui a fait une petite sortie dans le dernier virage avant l'arrivée. «Nous sommes en effet un peu sorti, en allant dans le champ, mais je ne pense pas qu'on perde beaucoup», se rassurait le pilote liégeois. En effet, il signe le deuxième meilleur temps devant Verschueren, qui lui prend 00:03.6 dans la vue. Au général, Verschueren ne compte plus que 00:06.5 d'avance sur Cherain, alors que Fernémont est revenu à 00:09.9. On l'avait dit, tout peut encore arriver lors de cette dernière journée…

Cherain perd sa seconde place
C'est à Naninne que s'est achevée la première boucle de cette dernière journée du Rallye de Wallonie. Et pour ne pas changer, c'est Adrian Fernémont et son copilote, Samuel Maillen, qui ont décroché le scratch, le quatrième de la journée. Ils mettent 00:05.8 dans la vue du duo Verschueren/Hostens. Cherain se retrouve à 00:06.0 de Fernémont. Boxoen, Cracco Pieter Jan, Snijers, Collard, Schilt, Bedoret et Matterne complètent le top 10.
Au niveau du classement général, les choses bougent! Le Vedrinois, Adrian Fernémont s'empare de la seconde place et devance Cherain. Fernémont/Maillen ne comptent plus que 00:04.1 de retard sur Verschueren. Les routes sèchent, et pour cette seconde boucle, certains pilotes envisagent de changer les pneumatiques. Pour l'emporter, il faudra rester sur la route, mais également faire preuve d'une bonne stratégie. Collard, Bedoret, Boxoen, Snijers, Schilt, Cracco Pieter Jan et Matterne occupent le top 10 du classement provisoire.

Bouche en Super Rallye, Verschueren en tête pour la dernière

C'est parti pour la dernière journée de cette trente-cinquième édition du Rallye de Wallonie. Il faut savoir que les pilotes contraints à l'abandon ont la possibilité de repartir en "Super Rallye". Bien sûr, ils ne sont plus classés au classement général, n'ayant pas fait la totalité des spéciales, mais c'est le moyen de profiter de la fêtejusqu'au bout.

Ce samedi, onze demandes ont été faites pour les pilotes suivants :
Steve Matterne (Skoda Fabia R5),Chris Vandamme (BMW M3 E46),Jonathan Wiart (BMW 325i E36),Eddy Marique (Opel Astra GSi 16v),Jacques Grégorius (Ford Fiesta R200),Sébastien Honnay (DS 3 R3),François Fernandez (Citroën C2-R2),Nicolas Lamy(Citroën C2-R2),Stéphane Delmelle (Renault Twingo R1),Stefaan Prinzie (Opel Ascona 400),Tom Van Rompuy (Opel Ascona 400)

De son côté, Xavier Bouche, pourtant très content de la première moitié de journée, a écopé d'une pénalité de trois minutes pour infraction, à la suite d'une conduite estimée dangereuse par les commissaires de course lors des liaisons. Le pilote a donc décidé de ne pas reprendre la route ce matin, afin de conserver son budget pour l'East Belgian Rally, qui se déroulera dans la seconde partie de la saison.

Sauf changement de dernière minute, ou souci au Night Park, ils devraient être cinquante-deux, moins Xavier Bouche, plus onze pilotes en Super Rallye, soit soixante-deux au départ, ce matin, à Vedrin. Le Champion de Belgique, Verschueren, gardera-t-il sa première place, malgré la pluie annoncée ? Cherain évitera-t-il une troisième sortie de route ? Fernémont, le Vedrinois,va-t-il trouver ses marques sur un sol humide et survoler "sa spéciale" ? Ils n'y a déjà plus que huit spéciales, et pourtant, tout peut encore arriver.