Alec Mansion chante au cinéma avec les Tournaisiens

Premier degré laissé au vestiaire, le chanteur de "C’est l’amour" a mélangé film et musique dans une des salles obscures d’Imagix.

LAURE WATRIN

Il jouait du piano devant le grand écran, c’est peut-être un détail pour vous, mais pour lui ça veut dire beaucoup ! Depuis le mois d’avril, Alec Mansion a entamé une tournée plutôt particulière avec sa première fiction, "Alors on chante… au cinéma", réalisée par Raphaël Charlier.

Le chanteur du tube "C’est l’amour", principal protagoniste, entre et sort littéralement du film pour entonner au clavier ou à la guitare des airs intergénérationnels avec les spectateurs. Eux aussi ont un rôle à jouer dans l’histoire et il ne faut pas le dire deux fois au public tournaisien ! "Mais vous connaissez tout ici à Tournai", indique Alec Mansion dans l’une des salles du complexe Imagix ce mardi 16 mai.

Entre fiction et concert live

L’artiste belge est mandaté par une certaine "Miss Lady" (Lio): "Tu dois chanter pour combattre une créature malfaisante". Cette créature, c’est le grand méchant Wolf (Renaud Rutten) qui cherche par tous les moyens à éradiquer la musique et à réduire les chanteurs au silence.

"Symboliquement, c’est un monstre qui a poursuivi les chanteurs et musiciens depuis la nuit des temps. C’est lui qui a empêché Bach de créer son Magnificat, qui a tué Mozart trop tôt, qui a séparé les Beatles,…".

 Dans le film, Alec Mansion, protagoniste principal, doit trouver combattre le grand méchant Wolf. La solution: sa voix et celle des spectateurs.
Dans le film, Alec Mansion, protagoniste principal, doit trouver combattre le grand méchant Wolf. La solution: sa voix et celle des spectateurs. ©L.W.

Le scénar' est "enfantin", concède Alec Mansion (et on le confirme), mais le projet, réfléchi durant deux années, est innovant. "Il est né pendant la promotion de"Stars 80"dans lequel je jouais. On faisait la tournée des cinémas pour présenter le film et un jour, j’ai pris ma guitare. Avec Richard Anconina, Patrick Timsit et les copains, on a fait chanter toute la salle. Faire chanter un cinéma, c’est plutôt pas mal. Ça casse les codes. Cela a pris deux ans pour expliquer à un producteur ce projet hybride, entre fiction avec de vrais acteurs et une partie concert en live avec les cinéphiles".

"Il n’y a qu’Alec pour inventer cela"

 "Born to be alive", "Confidence pour confidence" ou encore "C’est l’amour" (tube du chanteur en question), le public s’est levé plusieurs fois pour chanter.
"Born to be alive", "Confidence pour confidence" ou encore "C’est l’amour" (tube du chanteur en question), le public s’est levé plusieurs fois pour chanter. ©L.W.

Par une porte magique, l’artiste se retrouve en contact direct avec le public. De -400 000 av. J-C aux années 80, le voyage dans le temps se fait bien évidemment en chansons. De "Tous les garçons et les filles" de Françoise Hardy aux "Démons de minuit" d’Émile & Images, en passant par "She Loves You" des Beatles, "Logical Song" de Supertramp, "Let’s Dance" de David Bowie ou encore "Femme libérée" de Cookie Dingler. Les paroles s’affichent sur l’écran ou sont soufflées par Alec Mansion. "L’ampleur de ce projet est inattendue. C’est un défi pour moi. Cela me fait faire autre chose que des grosses tournées", souligne-t-il.

Ses compagnons de route Stars 80 ne sont pas bien loin non plus. On a déjà évoqué la voix de Lio, mais Plastic Bertrand en "Doc Plastic", Patrick Hernandez, Jean Schultheis et Phil Barney se prêtent aussi au jeu. "Alec est le seul pour inventer ce genre de truc", ont-ils mentionné dans plusieurs interviews. "Je ne savais même pas que mes collègues avaient dit cela. C’est charmant. D’autres amis auraient aimé y participer, mais il n’y avait pas assez de place pour tout le monde (rires). Peut-être s’il y a une saison deux…", ajoute le chanteur qui a terminé la soirée par des selfies.

Prochaines dates: 23/05 Charleroi et 26/05 Verviers

Alec Mansion chante au cinéma avec les Tournaisiens

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...