Tribunal de Tournai : il a étranglé son ex-compagne avec une laisse

L’homme à la barre fait opposition à un jugement par défaut du 30 mai 2022 le condamnant à une peine de deux ans de prison.

L.W.

"Il y a deux paquets de préventions. D’abord, avec son ex-compagne et puis lors de son interpellation", relève la défense.

Le quarantenaire est en aveux de plusieurs infractions: incendie volontaire, coups volontaires, violation de domicile, rébellion et outrage. "J’avais bu, j’étais déchiré. En même temps, c’était la ducasse d’Ath", indique-t-il. Il souhaite sortir de cellule, car sa situation administrative évolue. "J’ai un travail à mi-temps chez un boucher, et je peux disposer d’un studio dans un centre équestre en échange de soin aux chevaux".

L’avocat du détenu souligne que le fond du problème, c’est son addiction à l’alcool : "Mon client me dit qu’il ne consomme plus. Parfois une ou deux bières après le travail, mais c’est tout. Avec son accord, je ne sollicite qu’un sursis simple et non probatoire".

La procureure du roi laisse la plaidoirie à l’appréciation du tribunal. Mais la magistrate s’inquiète de la non-prise de conscience de l’homme : "Les faits sont quand même violents. Il a notamment étranglé son ex-compagne avec la laisse du chien et à sa charge, il y a une prévention criminelle qui est l’incendie". Le jugement sera rendu le 30 janvier.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...