Le bourgmestre de Tournai fait fermer un commerce de la rue Saint-Martin

L’immeuble situé au n° 107, dont le rez-de-chaussée est occupé par un magasin " day shop ", ne répond pas aux normes incendie. Le commerce sera fermé dès ce jeudi.

La Rédaction de L'Avenir
 Lundi soir, le magasin était toujours ouvert. Sa fermeture est ordonnée à dater du 19 janvier.
Lundi soir, le magasin était toujours ouvert. Sa fermeture est ordonnée à dater du 19 janvier.

Le bourgmestre de Tournai, Paul-Olivier Delannois, a pris, lundi, la décision de faire fermer un "magasin de jour" situé rue Saint-Martin no 107, au sein d’un immeuble constitué de ce rez-de-chaussée commercial et de logements aux étages.

Suite à une visite effectuée le 25 février 2021, les services de la Zone de secours avaient estimé que l’établissement ne répondait pas de manière satisfaisante à la réglementation applicable et aux règles de bonne pratique en matière de sécurité incendie. Un rapport favorable ne serait remis "que moyennant le respect de toutes les mesures qui y figurent. Ainsi, la poursuite de l’exploitation pourrait être autorisée par le bourgmestreà condition que ces mesures soient réalisées dans les délais imposés par lui, lesquels ne devraient pas excéder trois mois "

Les logements situés à l’étage, qui sont occupés, ne font pas partie du rapport de prévention. L’administration communale avait alors notifié par courrier au propriétaire le délai à respecter pour la mise en conformité de l’immeuble. Par deux fois, le gérant a fait la demande d’un délai complémentaire de six mois pour finaliser les travaux. La zone de secours, qui avait étendu le délai fixé dans un premier temps à quatre mois, n’a pas eu de nouvelles de l’exploitant. Celui-ci n’a pas plus réagi au projet d’arrêté. "Vu le risque présenté par l’immeuble et vu la nécessité d’assurer la sécurité publique", le bourgmestre a donc imposé la fermeture du commerce à dater du 19 janvier.

L’exploitant, qui doit afficher l’arrêté de fermeture sur sa porte d’entrée, a 60 jours pour déposer un recours au Conseil d’État.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...