"Les Soeurs Noires", de Philippe Remy-Wilkin : Tournai au coeur d'un roman policier

Philippe Remy-Wilkin revient dans la ville de son adolescence pour présenter " Les Sœurs noires ", une plongée dans une cité redécouverte.

Françoise Lison
 Philippe Remy-Wilkin dédicacera son ouvrage le samedi 10 déc., dès 10 h 30, chez Chantelivre.
Philippe Remy-Wilkin dédicacera son ouvrage le samedi 10 déc., dès 10 h 30, chez Chantelivre. ©ÉdA

Il est venu s’installer quelques jours dans cette ville qui abrite chaque année le Salon du Livre. Philippe Remy-Wilkin a arpenté les ruelles, les quais, guettant l’imprévu, interrogeant quelques passants. Un thriller courait déjà dans ses pensées.

Raphaël, écrivain belge, fréquente volontiers les assemblées littéraires. "Il ne s’agit pas de jouer aux bateleurs mais de servir le livre, l’éditeur. N’est-ce pas le moindre des engagements ? Saluer des inconnus, qui ont le mérite d’être là, les inviter à s’informer, il suffit de quelques instants." Cependant l’ennui le guette, la solitude aussi. Un rendez-vous improvisé va cependant l’enlever littéralement à l’atmosphère morne de la fin de journée. Que lui veut Cathy qu’il vient de reconnaître après tant d’années ? Devenue directrice d école, elle compte sur lui: "Si on est habile dans les intrigues de papier… Le bon bout de la raison s’applique dans les énigmes de la vie réelle."

Une étudiante de seize ans a disparu. Raphaël acquiesce à la demande de Cathy . Il se lance dans une enquête qui n’épouse pas les courbes de celle de la police. Dans la cantine de l’internat La Croisée, chaussée de Renaix, où est basée l’étudiante, il interroge des condisciples de Siham. Des réponses l’informent et le perturbent. Comme tout bon enquêteur, il prend sa tâche à bras-le-corps, tente de cerner la personnalité de la jeune Marocaine, si différente des filles de son âge. La disparue a-t-elle fui, a-t-elle été enlevée lors de sa course en solitaire ? Quels dangers la guettent ? Et comment réagissent son entourage et ses amies d’école ?

Au fil de cette saga policière qui aborde notamment l’émancipation des femmes et la résistance que lui opposent différents milieux, le romancier traverse la cité, de la gare à la Maison de la culture et du chemin des Poètes au jardin du Souvenir. Il n’a pas oublié les carrières et leur grisaille, les visages et traces de sa jeunesse. Le récit percuté de dialogues et de mystère garde sa belle fluidité jusqu’au point final. Que les Tournaisiens ne soient pas étonnés de ne pas reconnaître les quais de leur cité, en jaquette et en couverture du livre. Il s’agit de ceux de la ville de Gand.

"Les Sœurs noires", éd. Weyrich, coll. Plumes du Coq, 21 €

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...