Tournai: le rallye des Carbo sur les traces de leurs ancêtres brasseurs

La famille Carbonnelle s’est rassemblée à Tournai pour pendre part à une journée d’épreuves et de défis sur le chemin de sa propre histoire.

Geoffrey Devaux

Chez les Carbonnelle, les réunions de famille signifient quelque chose. C’est au départ des locaux de Don Bosco, un endroit qui leur est cher, que les membres de cette famille tournaisienne bien connue se sont réunis pour démarrer un rallye sur les traces de leur propre histoire. Plus de cent "cousins" avaient fait le déplacement. Une journée parsemée d’épreuves et de défis.

" Il s’agit de notre premier rallye du genre. Nous sommes une famille de neuf enfants, explique Bruno Carbonnelle. Au numéro 88 du boulevard Léopold, face à Don Bosco, c’était la maison de notre enfance et parmi les défis, il fallait retrouver qui dormait où dans cette maison. La résidence natale de papa se situait aussi boulevard Léopold, au 110 et celle de maman au quai Sakharov, 6.

Notre famille a été active dans six brasseries intra-muros, avec au total dix brasseurs sur cinq générations, très exactement durant 133 ans, de 1828 à 1961. "

Ces six brasseries ont été en activité, pas toujours simultanément, rue Saint-Brice (1826-1845), rue Saint-Piat (Cornet de Poste, 1835-1851), rue des Fossés (Saint-Philippe, 1845-1907), rue du Désert (1851-1875), rue des Corriers (Saint-Hubert, 1861-1873) et rue de la Madeleine (Saint-Yves), la dernière ayant donc existé depuis 1873 jusqu’en 1961.

"Rue Saint-Brice, on peut encore observer les trois tonneaux sur la façade", assure Bruno Carbonnelle.

Le destin de la famille rime avec brasserie mais également avec malterie. "Mon père Maurice est le fils d’Henri, qui a lancé la Malterie tournaisienne en 1892 à l’avenue de Maire après avoir débuté à la brasserie Saint-Yves avec son frère, rue de la Madeleine. Papa a travaillé pendant 45 ans à la malterie."

Elle a été détruite en 1978 et a depuis abrité la Régie des téléphones et ensuite la police judiciaire fédérale.

La famille avait été répartie en cinq groupes pour ce rallye, avec bien entendu un passage par les sites des brasseries mais aussi devant le pont des Trous ou près de la tombe de Childéric. "Nous avons par exemple proposé aux groupes de fabriquer une cathédrale en forme de cubes place Paul-Émile Janson ou encore de réaliser une chorégraphie familiale devant le monument des Aveugles de Guillaume Charlier."

Un certificat de réussite du rallye attendait chacun des participants à l’arrivée. À noter que le titre de reine familiale d’un jour a été attribué à la jeune Elisa.