Un spectaculaire chantier de démolition sur la place de Lille à Tournai (vidéo)

Un important bâtiment de la place de Lille est en train de disparaître du paysage. Un supermarché et des appartements prendront place là où se trouvait notamment la Grotte à Steak.

Christophe Desablens
Ce lundi, en fin de matinée, la pelleteuse avait déjà mis par terre une partie du bâtiment.
Ce lundi, en fin de matinée, la pelleteuse avait déjà mis par terre une partie du bâtiment. ©EdA

Le projet de réalisation d’une dizaine d’appartements sur un ensemble bâti formant un L, donnant à la fois sur la place de Lille et sur la rue Blandinoise, vient de démarrer ce lundi matin. Les bâtiments concernés sont d’anciens ateliers reconvertis en boîte de nuit (le discobar 747 a eu sa période de gloire) et en restaurant (la Grotte à Steak et la Caverne aux Pirates notamment) au rez, et en appartements aux étages. Ce lundi, en milieu de journée, le grutier avait déjà mis par terre une bonne partie de l’immeuble sous l’action de sa puissante pelleteuse.

Au rez-de-chaussée du nouveau bâtiment sera aménagé un supermarché (sur 250 m2). Les étages regrouperont treize appartements. Des panneaux de résille textile habilleront le vitrage et la façade du nouveau bâtiment.

LIRE + Un supermarché derrière un bardage de résille textile

Ce lundi, en fin de matinée, la pelleteuse avait déjà mis par terre une partie du bâtiment.
Ce lundi, en fin de matinée, la pelleteuse avait déjà mis par terre une partie du bâtiment. ©EdA

La démolition porte sur un ensemble datant des 17e et 18e siècles, dont les baies existantes, petites et peu nombreuses, ne permettaient pas selon le promoteur d’envisager suffisamment d’appartements pour que le projet soit économiquement viable; la façade n’était de surcroît pas adaptée à l’aménagement d’un supermarché en ville.

Cave aux Pirates et Capitol ont été les derniers occupants des bâtiments.
Cave aux Pirates et Capitol ont été les derniers occupants des bâtiments. ©EdA

Aux yeux du demandeur (la ville l’a suivi dans son argumentation), la façade de style Néo-classique présentait «un degré de rareté très faible» (262 biens de ce style sont inventoriés en ville). «Il existe de nombreux exemples de bâtiments de ce style dont les caractéristiques sont beaucoup plus représentatives du style». Par ailleurs, l’ensemble présenterait un faible degré d’authenticité; «la façade a été modifiée au cours du temps, et certaines modifications sont irréversibles».