Mauvaise nouvelle pour les automobilistes empruntant l’E42 (Tournai): le chantier est prolongé

La SOFICO annonce la prolongation des travaux sur l’E42/A16, à hauteur de Tournai, en direction de la France. La fin du chantier est espérée pour le 20 novembre.

P.Den
Mauvaise nouvelle pour les automobilistes empruntant l’E42 (Tournai): le chantier est prolongé

Encore quelques semaines de perturbations à attendre pour les automobilistes empruntant l’autoroute E42/A16, à hauteur de Tournai, et en direction de la France.

Depuis le 26 septembre dernier, un chantier est en cours sur une portion de 4 kilomètres, entre l’échangeur n° 32 "Vaulx" et l’échangeur n° 34 "Froyennes" afin de réhabiliter le revêtement de l’autoroute et effectuer des réparations localisées sur la structure de la voirie.

Initialement prévu pour une durée d’un mois, la SOFICO (Société de financement complémentaire des infrastructures wallonnes) annonce que le chantier est finalement prolongé de plusieurs semaines, jusqu’au 20 novembre prochain, en raison de "travaux à réaliser plus conséquents que prévu".

En attendant la fin des travaux, la SOFICO signale que les conditions de circulation seront modifiées dans les deux sens, entre l’échangeur n° 32 "Vaulx" et l’échangeur n° 34 "Froyennes" (pont de l’Escaut): une seule voie sera accessible par sens, avec une vitesse maximale limitée à 70 km/h.

En direction de la France, il n’est pas non plus possible de gagner l’autoroute E42/A16 par l’accès n° 32 "Vaulx".

Les usagers circulant sur l’E42/A16 depuis Mons ou sur l’E42/A8 depuis la France, ne peuvent pas gagner directement l’E429/A8 vers Bruxelles. Pour les usagers en provenance de l’E42/A8 depuis la France, une déviation est mise en place via la sortie n° 33 "Tournai expo" de l’E42/A16.

Les usagers qui circulent sur l’E429/A8 depuis Bruxelles ne peuvent pas gagner directement l’E42/A16 vers Mons. Une déviation est mise en place via l’échangeur de Blandain (E42/A8-E403/A17) de l’E42/A8.

Ce chantier représente un budget de 3,4 millions d’euros HTVA financé par la SOFICO, maître d’ouvrage.