"Julia ! au cabaret" à Tournai entre magie et émotions

Drôle et émouvant, « Julia ! au cabaret » réussi le pari de transporter le public dans un univers féerique entre insouciance et performance.

Audrey Ronlez

À peine les portes en bois du Magic Mirror franchies, la magie opère. Les rideaux en velours, les vitraux et autres miroirs étincellent et plongent les spectateurs dans une ambiance aussi chaleureuse qu’étonnante. Le voyage dans le temps peut commencer… En compagnie de Julia et de Bruce, son ami imaginaire, plongée immédiate dans l’univers féerique des années vingt et du cabaret. Tantôt drôles et décalées, tantôt émouvantes et aériennes, les performances se succèdent. Tout comme les disciplines artistiques. Le chant et la musique côtoient les danseurs, jongleurs et autres voltigeurs.

Des perles de bonheur(s)

L’insouciance incarnée magistralement par Janine Godinas (Julia) nous embarque pour un moment hors du temps, mais surtout au plus profond de nous-mêmes. À la recherche de nos émotions passées et présentes, mais aussi de nos rêves, qu’on les touche du bout des doigts ou qu’ils soient enfouis depuis de trop longues années.

Loin d’être passéiste, Julia ! au cabaret est une ode à la vie qui ne peut laisser personne indifférent. Un moment de partage qui ne peut que donner le sourire à ceux qui croisent le chemin de la joyeuse troupe. Des éclats d’amour et d’espoir disséminés aux quatre vents…

La force du cabaret ? Sa diversité et la fusion des genres. "Habituellement, on peut soit aller au théâtre, soit au cirque, soit à un concert", explique Samuel Chappel, le directeur de Pastoo, l’ASBL qui porte l’événement (et bien d’autres comme LaSemo, Namur en mai, Bruxelles champêtre, etc). "Ici, on retrouve une énergie forte grâce au mélange des disciplines. C’est une expérience différente qui se crée. Une folie douce qui réunit tous les artistes sur scène et nous fait vivre un moment suspendu."

L’art vivant

"Il fut un temps où je vivais ici", raconte Julia avec douceur et conviction. "Où l’insouciance n’était ni un luxe, ni une nostalgie. Le silence n’existait pas, la solitude n’existait pas. Les moments étaient durs mais supportables car on n’avait pas le choix. On maquillait de rires et de musiques nos élans de faiblesse. On mettait de la couleur, du rêve, du spectacle !"

En quelques mots et avec des étoiles plein les yeux, la comédienne plante le décor. La magie de la création et la grandeur de tous les artistes sur scène font le reste. Julia ! au cabaret ne se décrit pas, il se vit.