Retrouvailles chaleureuses au Relais pour la Vie de Tournai ce samedi (vidéo)

Atmosphère festive et moments d’émotion restent les deux ingrédients indissociables du Relais pour la Vie de Tournai qui a repris ce samedi après une interruption de trois ans.

Christophe desablens

Cinquante et une équipes, cent quatre battants (personnes atteintes par le cancer, ou qui l’ont vaincu), 2404 participants annoncés et des milliers de visiteurs.

 Les battants ont ouvert le Relais samedi après-midi, salués par tous les participants et dans une ambiance festive.
Les battants ont ouvert le Relais samedi après-midi, salués par tous les participants et dans une ambiance festive. ©EdA

Le site de l’école des arts Saint-Luc n’a pas connu les meilleures conditions météo de son existence, il n’y avait pas autant d’équipes que lors de la dernière édition (la pandémie a grippé la dynamique qui animait certaines équipes), mais de la grande majorité des commentaires entendus ça et là, revenait ce constat: les retrouvailles ont été chaleureuses. "Elles ont été à la hauteur de l’attente, si longue, et ce qui est formidable c’est que de nouvelles équipes hyper-motivées sont apparues cette année" , nous dit Sandrillon Del Corazon, la porte-parole.

En raison de travaux en cours aux abords de l’école Saint-Luc, le site a été réaménagé.Les espaces clés de l’organisation ont été recentrés et densifiés, ce qui a eu l’heur de créer plus de proximité entre les équipes. "On a constaté beaucoup de solidarité et d’entraide".

 Le site (photographié de la nacelle qui permet, en haut d’une grue, de réaliser une tyrolienne) a été complètement réaménagé.
Le site (photographié de la nacelle qui permet, en haut d’une grue, de réaliser une tyrolienne) a été complètement réaménagé. ©EdA

Autour des 24 h de marche et de course qui symbolisent la lutte contre le cancer, il y a quantité d’instants festifs, sur scène et aux abords des stands: des concerts, des animations, des spectacles. Mais il y a aussi énormément de moments d’hommages. Comme toujours, ce sont les battants qui ont ouvert le Relais samedi en début d’après-midi. "Pendant tout le week-end, ils sont aux petits soins, des ateliers de bien-être leur sont spécialement destinés. Parce que c’est leur fête" .

 La cérémonie des bougies, un des moments forts du week-end.
La cérémonie des bougies, un des moments forts du week-end. ©EdA

La cérémonie des bougies, dédiée aux étoiles (toutes les personnes parties trop tôt en raison de la maladie), a été notamment marquée à la tombée de la nuit par l’intervention de Jeff Danès, parrain de l’événement, et Christelle Boulenger. Ils ont figé d’émotion la plaine, lui en interprétant la chanson "Candle in the Wind" d’Elton John, elle en disant des textes qui évoquent des instants de vie de malades.

 La marche des flambeaux vers 23h samedi.
La marche des flambeaux vers 23h samedi. ©EdA

La marche aux flambeaux pouvait s’avancer dans le parc de Saint-Luc plongé dans le noir, où des marcheurs et des coureurs ont continué à se relayer toute la nuit, jusqu’à dimanche à 14h et la cérémonie finale.

Des Coeurs réunis autour d’un battant et de plusieurs étoiles

Les Coeurs Réunis sont des habitués du Relais pour la Vie tournaisien. Ils étaient déjà présents lors de la première édition en 2015. "C’était sur la plaine des manœuvres", se souvient Natascha Alleman, la capitaine de cette équipe constituée essentiellement de personnes originaires de la région de Velaines, juste réunies au départ par des liens d’amitié. "On souhaitait consacrer un peu de notre temps à une bonne cause".

 Les Coeurs réunis sont pour la plupart issus de la région de Velaines.
Les Coeurs réunis sont pour la plupart issus de la région de Velaines. ©EdA

Cet élan de générosité a pris une autre tournure lorsque des amis de membres du groupe ont été atteints par le cancer. L’un d’eux, au sein de l’équipe, participe à l’aventure pour la troisième fois, comme battant. "Je serai guéri officiellement à la fin de l’année . C’est une fierté de montrer qu’on peut se battre quand on est malade, quand autant de personnes s’investissent pour que le Relais soit une réussite. Mais tout le monde n’a pas eu ma chance.Émotionnellement c’est dur de voir les photos de ceux qui sont malheureusement partis".

À l’entrée du stand des Coeurs réunis, les photographies de trois visages sont accrochées à un grand panneau. Celui de Paul, décédé en mars, qui avait appris sa maladie il y a deux ans à peu près. Celui de Jean-Pierre, parti il y a deux ans, qui a vécu l’événement dans la peau d’un battant. Et celui de Marie, jeune femme de 22 ans décédée il y a quelques semaines à peine, dont la maman connaissait des membres du groupe.

Malgré la longue interruption due au Covid, les Coeurs Réunis n’ont pas éprouvé trop de peine à relancer la mécanique: quelque 80 personnes se sont inscrites cette année. "Des décès, l’annonce que des personnes sont devenues malades, tout ça motive le groupe qui a commencé plus tôt et plus fort les activités destinées à récolter des fonds" .

Les Coeurs réunis ont vendu pas moins de 650 hachis parmentiers lors d’une activité organisée avant le relais. Ce week-end, ils géraient un stand apéro. "Des plus jeunes membres participent cette année au côté des plus anciens, c’est très stimulant".

Première apparition de «Papy’on Heart»

Pascal Cuvelier a appris sa maladie au tout début de la crise Covid, en mars 2020. Il s’est battu pendant deux ans jusqu’en septembre dernier. C’est pour lui rendre hommage que sa famille a créé l’équipe "Papy’on Heart". "Ça nous tenait vraiment à cœur de participer à une telle activité, et c’est un bel hommage qu’on lui rend ensemble, lui qui tenait tant à cet esprit de famille. De surcroît, et c’est comme un beau clin d’oeil, on est icidevant l’école Saint-Luc où il a effectué sa carrière professionnelle comme professeur d’ébénisterie" , témoignent un frère et beau-frère.

 Une partie de l’équipe réunie autour de la table dédiée à l’atelier «tatouage».
Une partie de l’équipe réunie autour de la table dédiée à l’atelier «tatouage». ©EdA

Les membres de la famille tiennent tout le week-end un stand aux couleurs espagnoles. Atelier de tatouage et château gonflable pour les enfants, sangria et tortillas pour leurs parents. "Papa rêvait d’ouvrir une friterie en Espagne. Il disait ça un peu sur le ton de la boutade, mais c’est encore un autre clin d’oeil dans sa direction" .

La Team bretonne au côté de la Team Ville d’Antoing

La Team bretonne vit cette année son troisième Relais. La capitaine, Vanessa Voet, a emmené au départ dans son sillage une série d’amis qui se côtoyaient dans le cadre de l’école de leurs enfants. Au fil du temps, des membres de la famille, d’autres amis, et même des collègues de travail se sont joints au groupe.

 Voisines sur le site, la «Team Ville d’Antoing» et la «Team bretonne» sont regroupées sur notre photo.
Voisines sur le site, la «Team Ville d’Antoing» et la «Team bretonne» sont regroupées sur notre photo. ©EdA

Maxime, Breton d’origine, est le garant des valeurs thématiques de l’équipe; celle-ci propose à sa carte du cidre, bien sûr, mais aussi des biscuits et la fameuse galette saucisse bretonne. Le prochain Blind Test de la Team bretonne aura lieu le 8 octobre prochain. "Ce rendez-vous a du succès. Six équipes sont déjà inscrites".