Tournai : le carnaval n'a pas eu lieu...

Ce n’était donc pas le carnaval à Tournai ce week-end. Du moins pas le carnaval organisé. Plutôt comme si on avait fait un bond en arrière dans le temps.

Géry eykerman,Géry eykerman

S’il fallait encore une preuve que le carnaval s’est fixé dans les gènes des Tournaisiens, on l’a eue samedi. On leur avait dit que le carnaval était reporté à septembre, que rien ne serait organisé, qu’il ne fallait pas… Soyons justes: l’autorité n’avait pas interdit.

Du coup, certains se demandaient à quoi ça tournerait. Est-ce que l’une ou l’autre confréries historiques se risqueraient à sortir? Ces déguisés n’auraient-ils pas l’air un peu décalés dans une ville vaquant à ses occupations de samedi ordinaire?

La réponse est venue dans la rue. Des centaines de carnavaleux ont convergé vers le centre. Mus par une même envie: celle de partager un grand moment de réjouissances avec les amis et un tas d’inconnus juste comme eux, avides de faire la fête. Parce que c’était la date et que sanitairement plus rien ne s’y opposait.

Bien sûr, ils n’étaient pas des milliers mais plusieurs centaines sans aucun doute, de tous les horizons, les uns encostumés jusque dans le détail, d’autres avec un simple accessoire disant leurs origines, d’autres encore, prudents peut-être étaient descendus incognito.

Ce fut une belle après-midi. On regretta que le carnaval ne se déroulât pas dans sa grande formule. Surtout avec une telle météo. Mais on se dit aussi que réussir ce non-carnaval envoyait un message clair pour l’avenir. Le carnaval est devenu en quarante ans la fête à laquelle les Tournaisiennnes et Tournaisiens, jeunes vraiment ou jeunes depuis plus longtemps souscrivent sans restrictions.