Trop de pavés défoncés en ville selon les cyclistes tournaisiens

Dans le baromètre cyclable wallon, Tournai est plutôt bien classée dans la catégorie des grandes villes wallonnes. Mais il y a encore beaucoup de points noirs: les pavés défoncés, la rue Saint-Martin, les grands axes autour de la ville, etc.

Christophe desablens
Trop de pavés défoncés en ville selon les cyclistes tournaisiens
La rue Saint-Martin figure parmi les points noirs relevés par les cyclistes tournaisiens ©ÉdA – 501992778211

En Wallonie, le climat est "plutôt défavorable" à la pratique du vélo, selon le baromètre cyclable réalisé par le Groupe de recherche et d'action des cyclistes quotidiens (Gracq) en 2021 et publié mercredi. 100 communes ont été prises en compte, recouvrant 64% de la population wallonne.

LIRE + La « petite reine » n'est pas choyée en Wallonie picarde

Seuls 6% des Wallons trouvent bonnes ou très bonnes leurs conditions locales de circulation à vélo, 17% les considèrent acceptables, tandis que 77% des cyclistes jugent leur environnement cyclable médiocre, voire (très) mauvais.

Pas d’alternatives sûres en cas de travaux

Parmi les 13 500 avis de citoyens récoltés en Wallonie, 232 participants étaient de Tournai, dont une toute grande majorité (198) issus de la ville.

Dans leur classement des éléments positifs, on retrouve l’autorisation d’emprunter les voies à sens unique à contre-sens, la présence de magasin/atelier de réparation de vélo dans la commune, et le peu de conflits entre les personnes circulant à vélo et à pied.

Au classement des trois éléments négatifs, il y a la difficulté pour les enfants et les personnes âgées de circuler à vélo, l’absence de solutions alternatives sûres lors de travaux réalisés sur les itinéraires cyclables, et la difficulté de traverser un carrefour ou un rond-point.

Une demande pour un réseau cyclable complet et sans coupure

Les pavés défoncés et les trous arrivent en tête du Top 3 des endroits les plus problématiques pour les vélos. Suivent l’intramuros en général, et les grands axes autour de la ville. En affinant, plusieurs endroits se dégagent quant aux difficultés qu’ils présentent: les boulevards Lalaing et Albert, les chaussées de Renaix et de Bruxelles, la rue Saint-Martin, le rond-point de l’Europe.

Que faudrait-il faire en priorité pour améliorer la pratique du vélo à Tournai? 172 des 232 sondés estiment qu'il faudrait "un réseau cyclable complet et sans coupure", "entretenir les pistes cyclables et les bandes cyclables", "des itinéraires vélo rapides et directs", et "du stationnement adapté et sécurisé pour les vélos".

«20 ans d’inertie à rattraper»

Dans le tableau des "grandes villes wallonnes" (de plus de 50 000 habitants), Namur émerge devant Tournai et Mons. Ces trois cités mènent une réelle politique vélo depuis un certain temps (elles sont des communes cyclables pilotes de la première vague de 2010-2015). Mais la note finale ne fait pas vraiment apparaître de conviction flagrante chez les cyclistes qui y vivent. Tournai est classée "E", soit un score "plutôt défavorable" pour la pratique du vélo.

Jean-François Letulle, échevin tournaisien de la Mobilité souligne que Tournai occupe "une très encourageante deuxième place sur les neuf plus grandes villes wallonnes. C'est le signe d'une politique volontariste et d'un travail d'équipe (administrations, associatif, politique) qui commence à porter ses fruits". Mais il reconnaît qu'il y a encore beaucoup de travail à accomplir. "La mobilité active est seulement devenue une priorité il y a trois ans au niveau communal et un peu plus de deux ans au niveau Wallon et fédéral. Comme pour la transition énergétique, on ne peut pas rattraper 20 ans d'inertie en si peu de temps. Il est donc normal qu'il y ait un décalage entre les politiques que nous menons (et dont la majeure partie doit encore produire ses effets) et le ressenti des citoyens sur le terrain".

M. Letulle relève encore que l'audit cyclable qui vient d'être réalisé sur le territoire tournaisien par une société spécialisée et indépendante dans le cadre du subside Wallonie – cyclable sera un outil analytique complémentaire et extrêmement intéressant à exploiter. "Ces résultats doivent encore être présentés au conseil communal".