23 000 cinéphiles se sont bousculés au Ramdam!

Le public s’est bousculé en salles obscures durant neuf jours afin d’apprécier pleinement les films qui dérangent.

23 000 cinéphiles se sont bousculés au Ramdam!
©EdA Que de monde durant neuf jours.

Le comité de programmation avait souhaité que cette année 2022 soit à la hauteur des espérances du public.

Après les nombreuses difficultés rencontrées suite aux injonctions gouvernementales, le succès est plus qu’au rendez-vous.

Cette année, le Ramdam espérait 20 000 festivaliers au vu des conditions sanitaires et de la prudence du public. La barre a été dépassée, puisque ce ne sont pas moins de 23 000 cinéphiles qui ont poussé les portes des trois salles obscures mises à disposition par le complexe Imagix.

Au terme des neuf jours consacrés à la projection des fictions et documentaires, le dépouillement des bulletins de vote a révélé le palmarès de cette 12e édition.

Prix du public

+ Meilleure fiction: sans grand étonnement, le prix est remis au long-métrage diffusé lors de la cérémonie d'ouverture, La vraie famille, de Fabien Gorgeart.

+ Fiction la plus dérangeante: Animals de Nabil Ben Yadir

+ Meilleur documentaire: L'empire du Silence de Thierry Michel

+ Documentaire le plus dérangeant: L'affaire "collective" d'Alexander Nanau

+ L'héroïne la plus époustouflante: revient à l'actrice Anamaria Vartolomei qui incarne Anne dans L'événement d'Audrey Diwan.

Prix du jury de la critique et de la presse

Depuis 2016, le Tournai Ramdam Festival accorde un prix spécial aux documentaires en compétition. C’est le seul à être délivré par un jury d’experts, et non par le public.

Cette année, le prix est attribué à L'empire du Silence de Thierry Michel.

Une mention spéciale a été octroyée à L'affaire "collective" d'Alexander Nanau.

Prix des courts-métrages

Les 15 et 16 janvier, premier week-end du Ramdam, 32 courts-métrages belges et internationaux étaient à découvrir sur le grand écran.

Parmi ceux-ci, le prix du meilleur court-métrage belge a été attribué à T'es morte Hélène de Michel Blanchart et celui le plus dérangeant est revenu à L'eau à la bouche d'Emmanuelle Huynh.

Le prix du meilleur court-métrage international a été décerné à Free Fall d'Emmanuel Tenenbaum et celui le plus dérangeant à The Van d'Erenik Beqiri.

L.W.