Remembrement: l’entretien incombe aux Communes

Dans le cadre de la construction de la ligne TGV, des chemins de remembrement ont été créés. Leur entretien incombe aux Communes.

Frank Ghislain
Remembrement: l’entretien incombe aux Communes
La stagnation d’eau est bien sur le territoire de Brunehaut. ©ÉdA

L'an dernier déjà, et à diverses reprises, des cyclotouristes, joggeurs et marcheurs nous avaient signalé un problème d'inondation sur un chemin de remembrement longeant la ligne TGV Lille-Antoing. Rien de dramatique en soi mais une impraticabilité pour ces sportifs de transiter par ladite voie. Le tout dans ce dossier était d'abord d'établir précisément sur quel territoire cette inondation était récurrente et surtout à qui en incombait l'entretien. Le chemin en question se situe en effet à gauche de la route de Saint-Maur, peu avant le pont enjambant la ligne TGV, aux confins de Saint-Maur et de Wez. "La stagnation d'eau est bien sur le territoire de Brunehaut", signale Tanguy Mariage, ingénieur de la division technique de la Ville de Tournai. Ces chemins de remembrement, interdits aux voitures, ont été négociés entre Tucrail, les agriculteurs et les communes dans le cadre du passage de la ligne à grande vitesse, sa construction ayant scindé des parcelles agricoles. Il s'agissait de rétrocéder aux cultivateurs de belles parcelles en un tenant, si possible en évitant des détours pour l'exploitant.