Des totems pour ne pas oublier les inondations de la vallée de Barges (photos et vidéo)

Des totems ont été posés près du rieu de Barges dans le cadre du projet-pilote "culture du risque inondations". Pour sensibiliser tout un chacun au fait que cela n’arrive pas qu’aux autres et que le risque zéro n’existe pas.

Vincent Dubois

Beaucoup ont encore en mémoire les images des inondations qui ont touché la vallée du rieu de Barges, les 6 et 7 juin 2016.

Dans certaines habitations, notamment à la rue de Willemeau à Ere, l’eau était montée jusqu’à 1,5 m de hauteur.

Ce vendredi, sous une pluie battante, les élèves des écoles de St-Maur et d'Esplechin, ont posé des totems qu'ils ont imaginés lors d'un cycle d'animations "inondations et changements climatiques", proposé par le contrat de rivière Escaut-Lys. "C'est suite à cela que les enfants ont apporté leur pierre à l'édifice en créant, par groupes, des totems repères de crue originaux qui viendront agrémenter le site pendant les prochaines semaines, explique Martin Frens, chargé de projet Culture risque inondations au contrat de rivière Escaut-Lys. Ils ont pu, dans ce cadre, imaginer une date et un niveau d'eau, avec toute liberté de style et de création."

 Avec leurs totems, les enfants ont exprimé leurs désirs, mais aussi leurs craintes par rapport au phénomène des inondations….
Avec leurs totems, les enfants ont exprimé leurs désirs, mais aussi leurs craintes par rapport au phénomène des inondations…. ©EdA
 L’œuvre des artistes tournaisiens n’a pas été facile à dévoiler étant donné sa hauteur...
L’œuvre des artistes tournaisiens n’a pas été facile à dévoiler étant donné sa hauteur... ©EdA

Celles-ci montrent les différentes hauteurs d’eau mesurées lors des derniers événements.

La mémoire du risque pour rappeler que le risque zéro n’existe pas...

"L'objectif de cette démarche soutenue par la Ville de Tournai, consiste à travailler sur la mémoire du risque,afin d'agir sur la résilience du territoire et de ces habitants, précise Martin Frens, On peut avoir parfois tendance à croire que cela n'arrivera pas ou plus, mais les pluies de plus en plus violentes prouvent le contraire. Il n'est pas question de stigmatiser un secteur en particulier mais bien de sensibiliser pour que l'on tienne compte de ce risque, dans les choix, dans la prévention avec, notamment, l'adaptation des habitations pour diminuer très fortement la vulnérabilité d'un territoire donné."

 Les enfants des écoles de la vallée de Barges ont été sensibilisés à la problématique des inondations avant de créer leurs totems...
Les enfants des écoles de la vallée de Barges ont été sensibilisés à la problématique des inondations avant de créer leurs totems... ©EdA
 Thomas Marchal est l’un des deux artistes qui signent l’œuvre installée à l’angle des rues de Willemeau et des Pères, à Ère. Son complice, Antoine Sion était excusé ce vendredi.
Thomas Marchal est l’un des deux artistes qui signent l’œuvre installée à l’angle des rues de Willemeau et des Pères, à Ère. Son complice, Antoine Sion était excusé ce vendredi. ©EdA