Privés de voyage l’an dernier à cause du Covid, les papys plongeurs de Wapi sont de retour en mer Rouge (photos et vidéos)

Privés de voyage l’an dernier, les papys plongeurs de Wapi ont renoué avec la tradition en retrouvant la mer Rouge il y a quelques jours. Un périple truffé de belles rencontres subaquatiques et… terrestres.

Vincent Dubois

Depuis 2012, le plongeur-photographe (et vidéaste) dottignien Philippe De Korte organise, chaque année en octobre avec une douzaine de passionnés par les fonds marins, un séjour en Égypte sur les bords de la mer Rouge.

Baptisé «les papys plongeurs» - en raison de l’âge moyen des participants qui tourne aujourd’hui autour de la soixantaine - le groupe a été privé de son traditionnel périple l’an dernier pour les raisons que l’on sait.

 Le groupe 2021 était composé de six plongeurs (Philippe De Korte, Michel Delhaye, Guy Maes, Géry Roland, Didier Carton et le soussigné...) et quatre accompagnateurs (trices): Jacqueline Roland, Caroline Maes, Renée Carton et Kévin Roland.
Le groupe 2021 était composé de six plongeurs (Philippe De Korte, Michel Delhaye, Guy Maes, Géry Roland, Didier Carton et le soussigné...) et quatre accompagnateurs (trices): Jacqueline Roland, Caroline Maes, Renée Carton et Kévin Roland. ©EdA

Comme nous l’expliquions dans un précédent article, les plongeurs ont mis à profit cette «année sabbatique» pour photographier et filmer les richesses subaquatiques des différents plans d’eau du Plat pays.

Quand la possibilité s’est offerte de pouvoir à nouveau rejoindre le pays des pharaons ces derniers jours, les papys - du moins une majorité d’entre eux - n’ont pas hésité une seconde à répondre à l’appel lancé par Philippe. Le voyage un peu chaotique au départ (non pas à cause des mesures sanitaires mais en raison d’un retard important au niveau du vol ) les a amenés au sein du complexe hôtelier «Rohanou beach resort» à El Quseir (prononcez El Quaisir) situé entre Marsa Alam et Hurghada, deux villes portuaires bien connues des plongeurs.

 El Quseir est une ancienne ville portuaire dominée par une forteresse ottomane qui a été occupée par les troupes napoléoniennes durant la campagne d’Égypte.
El Quseir est une ancienne ville portuaire dominée par une forteresse ottomane qui a été occupée par les troupes napoléoniennes durant la campagne d’Égypte. ©EdA

Un complexe qui abrite un centre de plongée - Wonderful dive- dirigé par un instructeur breveté en France, Olivier Dandois, et un Égyptien, Mostafa Abadi, qui se font un plaisir d'emmener leurs hôtes dans les labyrinthes du house reef, le récif corallien situé directement sous le ponton du centre de plongée.

 Les plongeurs pouvaient découvrir le récif corallien directement sous le ponton du centre de plongée qui est au bout de la jetée photographiée lors du lever de soleil…
Les plongeurs pouvaient découvrir le récif corallien directement sous le ponton du centre de plongée qui est au bout de la jetée photographiée lors du lever de soleil… ©EdA

Des rencontres magiques sous l’eau et ... sur terre

Que ce soit avec le poisson clown, connu sous le nom de Nemo, qui ne mesure guère plus de 10 cm, l’impressionnante murène qui, elle, peut dépasser 1,5 m, la raie léopard, mais aussi la raie à points bleus ou aigle, mais encore, le poisson-chirurgien, le poisson-ballon et on en passe... chaque rencontre en mer Rouge est un moment magique.

 On a ici souvent l’impression de plonger dans un véritable aquarium (photo de Philippe De Korte)
On a ici souvent l’impression de plonger dans un véritable aquarium (photo de Philippe De Korte) ©EdA

D’autant qu’elle a pour décor un massif corallien préservé malgré sa grande fragilité. S’il fallait ne retenir qu’une rencontre ayant marqué les papys, c’est celle qu’ils firent avec une tortue marine géante à l’occasion d’une croisière d’une journée sur le récif situé au large de port Ghalib.

 Notre accompagnatrice immortalisée par Philippe De Korte...
Notre accompagnatrice immortalisée par Philippe De Korte... ©EdA

Malgré son poids qui peut dépasser 200 kg, l’animal évolue avec une telle grâce qu’il force l’admiration.

Une famille de bédouins avec des chêvres pour seules richesses...

Le séjour a aussi été ponctué par des découvertes terrestres. Dont celle de la vieille ville d’El Quseir dominée par une forteresse ottomane, occupée par les troupes napoléoniennes lors de la campagne d’Égypte menée par Bonaparte, fin XVIIIe et transformée en usine à phosphate par les Italiens début du 20e siècle.

 La ville d’El Quseir possède un riche passé qui mérite d’être découvert mais qui n’est malheureusseement pas suffisamment mis en valeur...
La ville d’El Quseir possède un riche passé qui mérite d’être découvert mais qui n’est malheureusseement pas suffisamment mis en valeur... ©EdA

Un autre souvenir marquant restera la rencontre avec une famille de Bédouins dans le désert. Laquelle mène un train de vie contrastant singulièrement avec celui des résidents dans la Marina de port Ghalib, une ville nouvelle sortie de nulle part, entièrement dévolue au tourisme de masse et que d’aucuns qualifient de «petite Dubai égyptienne».

 C’est aussi dans la «petite Dubaï» égyptienne que l’on peut prendre des cocktails pour le moins originaux...
C’est aussi dans la «petite Dubaï» égyptienne que l’on peut prendre des cocktails pour le moins originaux... ©EdA

Le tourisme semble reprendre, lentement mais sûrement, du poil de la bête dans cette région du globe où il constitue parfois la seule source de revenus pour certaines familles. Des mesures adoptées par les pays occidentaux dans le cadre de la lutte contre la pandémie - dont l’interdiction des voyages extra-européens - ont ici porté un coup fatal à plusieurs infrastructures touristiques.

 Même à port Ghalib, les touristes ne sont toujours pas revenus en masse...
Même à port Ghalib, les touristes ne sont toujours pas revenus en masse... ©EdA

Ainsi, par exemple, plusieurs propriétaires de bateaux de croisière - principalement dévolus à la plongée - ont été contraints de quitter définitivement la barre, faute de clients.

Quant aux bars, ils étaient loin d’afficher complet…

D’autres photos et vidéos sur la page Facebook Mer Rouge les sites de plongées (Philippe PDK)et sur la page YouTube Philippe PDK.