VIDÉO | «Ceci n’est pas un complot», le docu qui va faire un Ramdam

Pendant 9 mois, le réalisateur Bernard Crutzen a observé ce que des médias belges disent – ou taisent – à propos du Covid. Avec, pour résultat, un documentaire qui dérange. Celui-ci peut être visionné gratuitement via le lien repris à la fin de cet article.

Vincent Dubois
VIDÉO | «Ceci n’est pas un complot», le docu qui va faire un Ramdam
Bernard Crutzen a aussi rencontré de nombreux acteurs de terrain durant ces 9 derniers mois… ©CNPC

Initialement, l’avant-première mondiale du film était programmée pour la 11e édition du Tournai Ramdam Festival dont on sait qu’elle a, comme tant d’autres activités, été, elle aussi, sacrifiée sur l’autel des mesures imposées dans le cadre de la crise sanitaire.

Voici la bande-annonce du docu, le film complet peut être visionné gratuitement via le lien repris en fin d’article:

La sortie sur grand écran se fera attendre mais tout un chacun peut désormais visionner le docu sur la Toile, via les plateformes Youtube ou Vimeo. Il serait dommage de s’en priver car la qualité de la réalisation est à la hauteur du travail déployé durant 36 semaines par le journaliste-réalisateur.

Deux ans à Tournai, deux ans à Mons et un tour du monde…

Le verviétois Bernard Crutzen connaît bien la ville de Tournai pour avoir étudié à l’IHECS, alors que l’école avait encore ses quartiers à Ramegnies-Chin. Il y effectua deux années entrecoupées, de 1981 à 1982, par sa participation à la Course autour du monde qui l’amena à découvrir de nouveaux horizons et à s’ouvrir à d’autres cultures.

 Sa caméra reste son moyen d’expression de prédilection…
Sa caméra reste son moyen d’expression de prédilection…

Comme beaucoup d’Ihecsiens à l’époque, c’est dans la Cité du Doudou qu’il a terminé ses études.

Depuis, il n’arrête plus de tourner, autour du monde toujours, mais aussi avec sa caméra qui reste son moyen d’expression de prédilection. Il a réalisé un nombre assez impressionnant de films et documentaires dont l’un d’entre eux – «Malaria Business» – avait été présenté lors d’un précédent Ramdam Festival à Tournai, il y a quatre ans.

 Il y a 4 ans, Bernard Crutzen était venu présenter Malaria Business au Tournai Ramdam Festival.
Il y a 4 ans, Bernard Crutzen était venu présenter Malaria Business au Tournai Ramdam Festival. ©Bernard Crutzen

«Incivique, un mot qu’elle a dû entendre à la télé…»

L'idée de son dernier documentaire lui est venue alors qu'il projetait d'aller rendre visite à ses parents fin mars, lorsque la pandémie était déjà à la une de tous les médias. Sa maman lui avait adressé un message l'incitant à renoncer à son projet de l'emmener, elle et son mari, faire le tour du quartier à pied car «cela pourrait être dangereux et… incivique».

«Incivique, un mot qu'elle a dû entendre à la télé…», pensa Bernard. Celui-ci s'est aussi inquiété de constater à quel point son père – médecin à la retraite – perdait tout sens critique face au matraquage médiatique opéré par la télévision. Il décida alors d'écrire une lettre ouverte à ses amis et connaissances journalistes. C'est suite à la réponse de l'un d'eux, ironisant sur un possible complot, qu'il s'intéressa à la manière dont certains médias disqualifient toute pensée critique en la qualifiant de complotiste.

 Le réalisateur n’a pas fait que regarder les médias, il est aussi allé sur le terrain…
Le réalisateur n’a pas fait que regarder les médias, il est aussi allé sur le terrain… ©CNPC

Durant 9 mois, il a observé la manière dont des médias belges francophones «racontent» la crise du Covid: ce qu’ils disent, comment ils le disent, mais aussi ce qu’ils taisent. Des silences que met en exergue le réalisateur dans ce documentaire entièrement financé sur fonds propres mais aussi grâce à une opération de crowdfunding lancée en octobre et à laquelle ont répondu plus de 1480 contributeurs.

La crise sanitaire serait-elle un écran de fumée?

«À travers ce film, je voudrais donner la parole à celles et ceux qu'on n'entend pas, ou plus, explique Bernard Crutzen. Ouvrir le débat sur les plateaux et dans les rédactions. Interpeller les juristes sur les entorses à l'état de droit. Réveiller nos élus pour remettre de la démocratie là où je ne constate plus qu'autoritarisme, menaces, chantage. J'aimerais aussi partager cette inquiétude, trop lourde à porter seul: le coronavirus ne serait qu'un écran de fumée qui masque une crise beaucoup plus systémique, à laquelle les gouvernements nous préparent sous couvert de crise sanitaire.»

 Parmi les personnalités interrogées: le docteur Pascal Sacré, licencié parce qu’il avait trop parlé, ou plutôt trop écrit sur les réseaux sociaux…
Parmi les personnalités interrogées: le docteur Pascal Sacré, licencié parce qu’il avait trop parlé, ou plutôt trop écrit sur les réseaux sociaux… ©CNPC
 Le papa du premier enfant victime du «Covid» explique pourquoi celui-ci est décédé…
Le papa du premier enfant victime du «Covid» explique pourquoi celui-ci est décédé… ©CNPC

Bernard Crutzen ne cherche pas à convaincre et ne verse pas non plus dans les thèses «complotistes». À l’issue de 9 mois d’observation, et d’investigation, il s’interroge et nous invite, si nous en sommes encore capables, à faire de même. ..

Ceci n’est pas un complot produit par la srl ZISTOIRES est diffusé sur Vimeo et YouTube: https ://linktr.ee/CNPC_2020