VOLLEY-BALL| Conclusion d'une saison écourtée en provinciales

Le meilleur niveau provincial garde son appellation de P1. Chez les messieurs, le VPC, le PVTM et l’OTT déjà présents à ce niveau y resteront et espèrent faire encore mieux que la place occupée cette saison stoppée.

P.Va

Avec même un titre comme objectif du côté du collège Notre Dame. «Cela fait trois saisons que l’OTT termine troisième, indique Gil Vincart. Le groupe a pris goût à la victoire en alignant de grosses prestations après un 1er tour en dents de scie ». Ces trois formations sont rejointes par le Skill 3 qui, à l’exception d’une défaite contre Fleurus, a tout gagné à l’étage inférieur. «C’est surtout sur le mental que les joueurs ont progressé », se réjouit Jean-Charles Kwittek, joueur-entraîneur d’une formation composée essentiellement de jeunes du cru. Chez les dames, en raison de la restructuration des séries aux niveaux supérieurs, la fédé a décidé de faire monter en promotion les filles de l’OTT, que l’on imaginait rester en P1 en raison de leur 3e place. Toutes les équipes ayant terminé à la même place de leurs championnats provinciaux respectifs seront d’ailleurs dans le même cas. En l’absence des collégiennes, Basècles2 et le VPC2 seront nos deux représentantes en P1. «J’ai profité du super-travail effectué les années précédentes par Sylvie Stoquart, souligne Nicolas Anrys. Ma 1re saison à Basècles coïncide avec une montée qui n’était pas programmée. On va d’ailleurs continuer l’aventure sans se mettre de pression ». Au VPC, Yves Lefevre repart avec le même groupe, un peu frustré de n’avoir pas pu terminer la saison invaincu. Enfin, Enghien est relégué en P2.