Lionel et Sarah, souverains des événements du crépuscule au carnaval de Tournai (vidéo)

Les événements du crépuscule avaient une intensité toute particulière cette année, après l’entrée majestueuse du roi Lionel et de la reine Sarah.

Christophe Desablens

Au crépuscule de la nuit carnavalesque, le moment est venu pour le roi et la reine de papier de subir le feu des Nerviens Nerveux. Ceux-ci savent s'y prendre, avec leur expérience d'une petite dizaine d'années. En quelques minutes, les deux géants sont réduits en cendres sous le regard des roi et reine de chair et d'os qui viennent de faire leur entrée majestueuse au Réduit des Sions. Lionel Durieu et Sarah Wlominck, escortés comme habituellement par les membres de la confrérie «Les Alunés», ont beaucoup d'émotion cette année. «L'émotion est forte depuis le mardi gras», nous dit la membre des «Lèzéfèdéfès», reine de la danse du ventre, un des moments forts de la fin d'après-midi depuis la nuit des temps.

Evénements du crépuscule, Carnaval 2017

par lavenir-tournai

Le roi de la marche funèbre est aussi aux anges, lui qui a contribué au cours de ces dernières années à la dynamisation des événements dits du crépuscule. Lionel est à l'origine des Percutés, ces percussionnistes des Ch'ti Ganzas qui pendant deux heures échangent leurs instruments brésiliens pour des percussions à peaux. Habillés de costumes et de cagoules rouges, à la manière de pénitents espagnols du Moyen-Âge, les membres de cette confrérie éphémère rythment le cortège funèbre dont la mission consiste à transporter les cendres jusqu'au pont à Pont d'où elles seront jetées à l'Escaut. «Vivre cet événement dans la peau du roi carnaval, en voyant toutes ces confréries participer à ce moment quand même assez solennel, ça me donne la larme à l'œil».

Au moment où les «Berlous» ramassent des cendres par terre, à distance respectable de la foule des carnavaleux, les élégants échassiers sont déjà en tête du cortège au côté de danseuses de la confrérie «XY’s» reconverties le temps d’un instant en pleureuses.

Lionel Durieu ne prétend pas avoir créé, ni lancé la marche funèbre. «Mais avant 2001 tout le monde faisait un peu ce qu'il voulait alors qu'aujourd'hui tout le monde participe à un même et unique événement autour du crépuscule».

Une quinzaine de confréries participent à la marche funèbre, chacune avec un rôle précis. Des centaines de carnavaleux les accompagnent en portant un flambeau. Le cortège était noir de monde samedi, à l’image de toutes les festivités du week-end baignées par un soleil généreux.

Comme traditionnellement, des artifices et une chanson ont salué une dernière fois le roi carnaval sur le bord du fleuve: «Salut Roi Carnaval, te vl'a dans les annales; couché dans l'lit d'l'Escaut, t'es l'plus biau; la Naïade guide ton destin, vois nos masques orphelins, asteur nous v'la tertous en pleurs».

La nuit carnavalesque n’a pas encore commencé. Elle se déroulera dans les rues, dans les bistrots, et bien sûr dans la halle aux draps.