Laurence Vielle : « Des murmures de murs »

On lit régulièrement ses poèmes dans les pages de L’Avenir. Invitée à rejoindre les ateliers de la rue des Primevères, la poète nationale Laurence Vielle a beaucoup apprécié l’ambiance de cette soirée inaugurale.

F.L.
Laurence Vielle : « Des murmures de murs »
page ATH, bas de page Laurence Vielle ©EdA

Voici deux ans, à l’occasion de la première édition de l’aventure littéraire, c’est Charles Ducal, alors poète national, qui s’était dit ravi de l’initiative. Celui-ci a accepté, cette fois, de traduire les textes des maçons de sable en néerlandais. Mieux: il a invité Dirk Terryn, responsable d’une cellule culturelle au Ministère flamand de l’enseignement, à la rencontre des jeunes et de leurs parents. Un message fort, que les deux poètes nationaux aimeraient voir se développer avec les communautés linguistiques. Citant des extraits de poèmes du recueil bilingue, le pédagogue a affirmé sa profonde admiration pour les travaux de construction et d’écriture » qui sont capables de surmonter l’usure du temps». «Vos pierres ont une âme», a-t-il souligné avec émotion.

Laurence Vielle s'est longuement entretenue avec les futurs maçons. » Certains jeunes m'ont assuré qu'ils continuent à écrire de la poésie, confie-t-elle. Ce qui me touche, c'est d'être ici, devant leurs travaux de maçonnerie, réalisés de leurs mains, et très près de leurs poèmes, écrits avec leur cœur. Comme les autres des classes terminales, ils partiront vers d'autres chemins, mais ils se souviendront de cette étape importante. Les parents sont fiers d'eux, presque incrédules: leurs fils ont réalisé un livre!» L'écrivaine, comédienne et metteur en scène, prend à bras-le-corps son rôle tout neuf de poète nationale : » faire en sorte que la poésie circule, que les routes se croisent, permettre des échanges entre les gens». Le 8 mai prochain, elle accueillera l'exposition des maçons athois à Bruxelles, lors d'une journée rassemblant plus de cent jeunes auteurs de poésie, de 8 à 15 ans. » Il me semble important de relier des événements.» Son cadeau du jour? La lecture de son poème inédit: «Première fois».