Ouvrez les portes de miséricorde

Une injonction forte et les deux battants de la porte de gauche de la cathédrale tournent sur leurs gonds. L’année sainte est ouverte.

É.B.
Ouvrez les portes de miséricorde
Porte miséricorde cathédrale ©ÉdA

Ce dimanche, les dignitaires de l’Église ont revêtu leurs habits de fête. Les prières, les chants, les exhortations s’axent sur le mot voulu par le pape François, la Miséricorde.

Il en est ainsi pour la participation de l’assemblée, rassemblée d’abord près de la porte du Capitole, invitée à répéter «In aeternum misericordia eius» (Éternelle est sa miséricorde) alors que Mgr Harpigny lit le début de la bulle papale instituant l’Année sainte de la Miséricorde.

En procession, la foule gagne la place de l'Évêché aux accents du «Jubilate Deo» et d'un hymne qui rend grâce à Dieu, «qui est sage, pardonne et accueille ses enfants». Avec cette imploration «ouvrons nos cœurs aux affamés, aux assoiffés».

Face à la porte encore fermée, l'instant est solennel. À l'injonction de l'ouvrir succède l'invitation «Entrons pour obtenir la miséricorde et le pardon» suivie d'une certitude «Celui qui passera par moi sera sauvé», phrase reprise au socle du Jésus rédempteur à l'entrée de la nef.

L’essentiel est dit, la porte de gauche restera ouverte chaque dimanche. L’aspersion d’eau bénite marque le début de l’Eucharistie, la miséricorde y ayant une part plus concrète, la collecte s’est faite dans le cadre de la campagne «Vivre ensemble».